Midnight Online
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -50%
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
Voir le deal
189.99 €

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 Dans le ventre du monde

Aller en bas 
AuteurMessage
Masika
Admin
Masika

Messages : 95
Date d'inscription : 08/07/2014

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyLun 6 Jan - 14:46

Cauchemar. Un de plus. Et comme souvent, tu ne sais pas s’il s’agit du tien ou de celui qui a occupé ton corps trop longtemps. En sueur, assis sur le matelas de la chambre spartiate de ton navire, tu évacues les restes évanescents d’un songe torturé. L’alarme d’hyperespace qui résonne dans les coursives de la corvette de classe Defender t’informe que tu es arrivés à destination. Tu enfiles rapidement des vêtements propres et baigne ton visage dans  de l’eau fraîche, pendant que tu ressasses les évènements qui t’on conduit dans ce système de l’espace sauvage.

Cela faisait des mois que tu remontais cette piste. Tout avait commencé par un cauchemar, qui te ramenait à Syla et aux cryptes rituelles des adeptes des Lintha. Un souvenir ( ?) dans lequel tu accédais à une salle dissimulée accompagné par l’un des tes tortionnaires de l’époque. Un lieu secret où trônait une idole révérée par cette famille dégénérée. Sans autre piste à explorer, et intrigué par cette vision de ton passé, tu avais regagné la planète boueuse, désormais vide de toute population en dehors des créatures indigènes. Il t’avait fallu un effort pour retourner sur les lieux où tant d’enfants étaient morts dans d’atroces souffrances, comme prix d’un culte impie. Tu étais resté un long moment interdit devant les huttes à moitié effondrées, avant de gagner les cryptes de pierres spongieuses, lardées de moisissures issues des marais environnant. L’odeur était insupportable, comme dans tes souvenirs.  Mélange de pourriture et de relents méphitiques infects. Une atmosphère pesante régnait en maître ici, héritage d’un passé innommable. Pourtant, guidé par ta mémoire et ta détermination, tu t’étais enfoncé dans le dédale jusqu’à retrouver la pièce de tes songes. L’idole était encore là, l’endroit avait échappé à la vigilance des Jedi, sûrement pressés de quitter cet endroit maléfique. Elle représentait une forme encapuchonnée dont on ne distinguait pas les traits, un Sith avais-tu pensé en cet instant. Plus intéressant, aux pieds de la statue, la poignée d’un antique sabre-laser. C’est celui-ci qui t’avait ouvert les portes d’un maigre espoir…

Tes consultations des archives de Tython, puis de celles des ruines du Temple Jedi sur Coruscant, avaient formellement identifier le sabre de Maître Atkins Ozzel, un Jedi ayant vécu près de 2500 ans plus tôt. Il t’avait fallu plusieurs mois pour recomposer les élements de son histoire. Membre de l’Ordre Jedi, il s’intéressait particulièrement à Exar Kun et à l’origine de sa chute. Il disparaît mystérieusement des archives officielles 5 ans après son accès au statut de Maître Jedi. Le reste n’est que rumeurs issues de longues semaines de recherches. Atkins Ozzel aurait fait une découverte majeure sur les prédispositions naturelles de certains êtres sensibles à la Force à la possession par des esprits du côté obscur. Il aurait concilié le fruit de ses recherches dans un Holocron légendaire jamais retrouvé. D’autres rumeurs évoquent une bascule vers le côté obscur du Maître Jedi… Suffisant en tout cas pour t’intriguer et alimenter ton intérêt.

Après avoir mis ton réseau en marche sur le sujet, l’hameçon avait répondu quelques semaines plus tard. L’hameçon, un Kubaz particulièrement bien implanté dans la pègre t’avait contacté en échange d’une somme rondelette. Tu juges néanmoins l’information suffisamment fiable et intéressante pour en avoir payé le prix fort. Tril Roon, l’un des chasseurs de reliques les plus réputés de la Galaxie était apparemment sur la piste d’un objet en relation avec Le Maître Jedi Ozzel. L’information était de première main, puisqu’elle venait d’un mercenaire ayant travaillé avec lui et que Tril venait de le virer pour un motif quelconque. Là où l’information était valable, c’est que la destination du Chasseur de reliques était la planète Raklyn VII dans l’espace sauvage…

Raklynn VII qui te faisait face à présent à travers le transpacier du cockpit de la Corvette. D’après tes calculs, Tril et son équipe avaient 48 heures d’avance sur toi. Le Kel dor était connu pour sa méticulosité et son habitude de vouloir maîtriser tous les paramètres avant de se lancer dans une expédition. Avec un peu de chance, il n’était pas trop tard pour entrer dans la course.

Tandis que tu lances les scans planétaires à la recherche du vaisseau de Tril Noon, le Mélodie des beltégeuses, tu te repasses les maigres informations  en ta possession sur Raklyn VII. Planète désertique, atmosphère insuffisante en oxygène et nécessitant le port d’un masque. Trois soleils mourants ne devraient pas suffire à produire la chaleur nécessaires au développement de formes de vie à la surface, mais une intense activité magmatique compense cette situation, même si aucune espèce consciente n’a été répertoriée par les rares explorateurs à s’être aventuré jusque là. Un prédateur connu : le Ver ardent.

Ta console bipe soudainement, pour te signaler la présence d’un vaisseau posé sur la planète. Tu engages alors ta Corvette dans l’atmosphère en vue d’un vol de reconnaissance. Un ciel violacé couvre des dunes d’un vert minéral, et ocre sur leurs tranches. A perte de vue, le sable s’étend, monotone et en même temps splendide dans ses formes et ses couleurs. Cette apparence désertique est brisée à intervalles réguliers de cratères rocailleux d’un noir basaltique qui s’enfonce dans le sol. Par quelques procédés d’énergie statique, le sable des Dunes ne pénètre cependant pas dans ses entonnoirs qui déchirent leur linéarité. Les cratères sont hérissés de longues excroissances rocheuses qui s’élèvent vers le ciel comme autant de lames effilées de la bouche d’un monstre titanesque, suffisamment serrées pour empêcher un atterrissage directement dans l’un de ses cratères. Impression confirmée lorsque tu localises le Mélodie des beltégeuses  posé précairement sur une dune à proximité d’un cratère. Les scans ne détectent pas de formes de vie à proximité du vaisseau et tu t’autorises en conséquence vol de reconnaissance plus proche. Apparemment, l’équipage a verrouillé son vaisseau et l’a provisoirement abandonné. Tu remarques alors un trou au cœur du cratère qui s’enfonce dans le sol. Deux hypothèses : ou Tril Noon et son équipe ont rencontré un funeste destin, ou ils se sont enfoncés dans les entrailles de Raklyn VII par cet orifice.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 117
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyMar 7 Jan - 1:27

L'alarme d'hyperespace me réveille en sursaut. Assis sur ma couchette, je suis en nage. Les cauchemars. Étrangement, même s'ils rythment mes nuits comme un métronome qui rendrait sûrement fou la plupart des gens, ils sont devenus pour moi une sorte de routine, avec un côté presque rassurant. Après tout, tant qu'ils restent des souvenirs ou de simples cauchemars, je peux me réveiller.

La Corvette que j'ai rebaptisé amicalement Squat I au vu de sa taille imposante et du temps que je passe dedans, me signale qu'on est arrivés sur Raklyn VII. Dans les brumes de mon esprit encore hanté par des images d'horreurs devenues pour moi un quotidien, le voile entre le rêve et la réalité bascule lentement pour me laisser reprendre pied.

Je me lève et enfiles rapidement un pantalon noir, un débardeur gris foncé, mes rangers de l'armée républicaines, ma ceinture à laquelle sont accrochées deux poignées de sabre lasers, avant de passer mon éternel pare-dessus rouge en cuir à capuche et mon non moins éternel foulard au cou rouge et noir.

Je me passe rapidement le visage sous l'eau froide pour évacuer les fils diaphanes des restes de mes angoisses. J'inspire et expire deux fois dans la lumière artificielle de la salle de bain, observant dans le miroir ce visage trop vieux aux cheveux neigeux. Mes traits semblent marqués. C'est autant dû au manque de sommeil qu'à la lente progression de ma maladie. La "racine obscure". C'est comme ça que le Chercheur Jedi qui m'étudie l'a appelée. Je prends les comprimés dans l'armoire à pharmacie, et en avale deux d'un trait. Si je ne prends pas cette saloperie régulièrement, je souffre le martyr, puis je crève. C'est aussi simple que ça. Et quoi que je fasse, de toute façon, mon temps dans cet univers est compté. Mais est-ce qu'on en est pas tous là ?

J'inspire et expire lentement, répétant le mantra Jedi bien connu, pour dévier le fil de mes sombres pensées et me concentrer sur ma tâche actuelle.

Atkins Ozzel. Un Jedi. Et peut-être un Jedi Déchu. Avait-il réellement trouvé des prédispositions chez certains sensibles à la Force à la possession obscure ? Ses recherches pouvaient-elles m'aider ou empêcher que ce qui m'était arrivé arrive encore ? En tout cas c'était mon intuition, et je l'avais suivi jusqu'à cette planète désertique et à la surface aussi étrange que les échos que la Force me renvoyait d'elle. Apparemment, j'étais au moins sur une planète intéressante.

Au poste de pilotage, je balaie la surface, et finis par trouver ce qui est probablement le vaisseau de mon concurrent dans cette petite chasse au Trésor d'Holocron. Le Mélodie de Beltégeuse. C'est lui. Arrimé sur une dune au bord d'un des cratères, où la gravité de la planète semblait refuser d'agir.

Pas un chat. Alors que je me fais cette réflexion, Squee -une petite boule de poil ras au pelage blanc tâché de mauve bioluminescent- sort de nulle part pour me sauter dessus aussi rapidement qu'une tempête des sables sur Tatooine, s'accrochant de ses petites pattes griffues sur mon dos tout en me léchant le cou. Seule présence vivante et rassurante à bord, souvenir d'une amitié lointaine qui avait commencé lors d'une exploration avec mon ancienne Mentor sur un monde inconnu lorsque j'avais 11 ans.
Depuis il était devenu à la fois mon meilleur ami et mon confident :
- Alors, petite teigne, on était parti chasser ?
Le cri doux et inimitable de l'adorable bestiole végétarienne nous baignant dans une bio-luminescence violette me fit sourire tandis que je regardais toujours distraitement les relevés du vaisseau sur la situation de l'expédition du Chasseur de relique Kel Dor :
- Qu'est-ce que tu en dis, Squee, tu penses que ce Tril Noon et son équipe sont encore dans la partie ?, dis-je pensif tout en manœuvrant Squat I pour le faire atterrir non loin du vaisseau des chasseurs de reliques.
Un autre petit cri, quelque chose entre le miaulement et un bruit encore plus doux.
- Tu as raison. Je pense aussi que si sa réputation d'aller sonder le fond de l'Océan avant d'y plonger est exacte, il sont encore en vie. Enfin, pour l'instant..., dis-je avec un étrange pressentiment en observant le cratère et le trou.

Je me lève alors, Squee montant s'installer autour de mon cou, et me dirige vers la coursive centrale. Passant à côté de ce qui pourrait ressembler à une statue métallique dorée, j'appuie distraitement sur un bouton de mon gant de combat, et la statue s'active alors, déclamant immanquablement d'une voix aussi inexpressive et digitale que les orifices allumés lui servant d'yeux :
- Bonjour Maître Corona, en quoi puis-je me rendre utile ?

Je lui réponds sans ambage tout en continuant ma trajectoire alors qu'il me suit :
- C2, occupes toi du vaisseau, je vais aller faire un tour dans un Cratère...Ne laisse personne entrer, et gardes un œil sur les communications et le scan en cas d'urgence. Je t'appelle si j'ai besoin de toi.
- Très bien Maître. Un cratère ? Cela semble dangereux, non ?..
- Évidemment, C2. Sinon pourquoi j'irais là-bas ?
- Je...
- Réponds pas, tête de boulons dorés ! Tu vas encore m'gâcher mon effet...
- Très bien, Maître...
, dit-il sur un ton dubitatif tout en me regardant sortir d'un des placards de la salle centrale un sac à dos avec tout mon nécessaire de survie, dont un respirateur et des macrojumelles que je mets autour du cou. Je lui souris en repassant dans l'autre sens, alors que Squee s'accroche pour me suivre :
- Tu devrais t'décoincer un peu, C2, tu vas finir par rouiller...
- Rouiller ?! Le Grand Concepteur nous en préserve Maître, si mon alliage venait à rouiller, cela signifierait...
- Chuttttt
, lui dis-je en mettant un doigt mitainé sur ce qui lui sert de faux orifice buccal : Va pas gâcher toutes mes vannes C2...
- Oh. Etait-ce de l'ironie ?
- Tu progresses, C2, tu progresses ! Bon, surveilles le squat, et tu aboies si il y a le moindre problème
, dis-je en mettant le sac sur le dos et en vérifiant mon communicateur et le lance grappin sur mon autre gant :
- Maître, je crains malheureusement de ne pas équipé pour ab...Oh. Encore de l'ironie, n'est-ce pas ?
- Voilà, tu vois quand tu veux ? Bon, Allez, on y va nous. Sois sage et ne m'attends pas pour diner.
- Euh...Très bien, Maître.


Arrivé dans le sas d'entrée, j'ouvre le sac et en sors un respirateur plus petit modèle adapté que j’accroche au museau de mon inséparable compagnon luisant avant de le mettre lui aussi dans le sac, sa tête seule en dehors. Puis j'enfile mon propre respirateur ainsi qu'une paire de lunettes de pilotes pour la poussière.

J'ouvre alors la porte du vaisseau et descends pour voir ce que nous réserve cette petite exploration.

Accroupis non loin du vaisseau, je commence par observer de mes macrojumelles les présences non humaines et pièges éventuels trio petites pour que les scanners du vaisseau les voient.

Je piste ensuite les traces de l'équipe, soit de visu soit en utilisant ce qui a fait ma réputation : mes perceptions humaines et de la Force hors pairs.

M'amenant probablement aux abords de la piste utilisée par le groupe précédent, je m'engouffre au bord du trou, pour étudier sa praticité, et vérifier que rien ne vienne troubler ma descente, et surtout pas un de ces Vers Ardents dont ce pilote Jedi m'a parlé sur Tython.

Certains disent que je suis un peu excentrique. Un peu dingue, même. Et ils ont sûrement raison. Mais je reste avant tout un survivant depuis ma plus tendre enfance. Même si ma survie n'a souvent tenu que sur le fil d'un sabre-laser.

Si aucun danger direct ne menace et si la voie est libre, je prends le chemin le plus adapté et le plus court pour descendre dans les entrailles de cette fournaise qui ne me dit pourtant rien qui vaille.

Mais bon, on ne vit qu'une fois, sauf si on est un Sith, évidemment. Et honnêtement pour moi c'est sûrement plus proche d'un quart de fois.

Alors autant le vivre à fond...

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 95
Date d'inscription : 08/07/2014

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyJeu 16 Jan - 9:17

Ambiance

Tu quittes ta corvette en descendant la passerelle de cette dernière, saisis par la fraîcheur glaciale de l’atmosphère pauvre en oxygène. Le frisson de Sqee te confirme cette sensation de froid mordant. Tes bottes s’enfoncent en crissant dans le sable vert profond. Un examen rapide confirme que le Mélodie de Beltégeuse est verrouillé et que tous ses occupants l’ont abandonné pour très certainement se livrer à une exploration des alentours. Tu as pourtant du mal à retrouver la piste qu’ils ont nécessairement laissé, le vent qui souffle en rafales continues balayant tes propres empreintes de pas très rapidement.

Te voilà donc obligé de suivre ton instinct et de te rapprocher du cratère d’obsidienne, espérant que celui-ci était bien la destination de Tril Roon. Là encore, les scans du Squat I ont dit vrai, puisque tu constates que la roche et le sable ne se mélangent aucunement, comme si chacun respectait un territoire qui lui est propre et bien délimité. Telle la gueule d’un monde avide, le cratère est jonché à intervalles réguliers d’excroissances rocheuses semblables à des lames acérées à hauteur d’homme. Le sol en est dur, mais à peine as-tu posé un pied dessus, que tu ressens une sorte de picotement, comme des fourmis, dans tes jambes. Sans aucun doute la résultante de l’électricité statique qui tient à distance les grains de sable. Sans être glissant, le sol régulier peut s’avérer traître du fait de son inclinaison vers l’orifice qui pénètre dans la couche terrestre, à plus de cent mètres de la hauteur sur laquelle tu te tiens. Une glissade malencontreuse et tu pourrais finir découper par l’une des concrétions rocheuses qui parsèment le cratère.

C’est donc à pas mesurés que tu effectues la descente, à l’affût d’un signe de l’équipe de Tril, d’un piège ou de l’une de ses créatures , les Vers ardents, dont on t’a parlé. Il te faut donc dix minutes pour effectuer la centaine de mètres nécessaires pour accéder au trou central du cratère. Dix minutes suffisantes pour que toute sensation de froid s’évapore du fait de la chaleur qui se dégage de la pierre d’obsidienne qui t’entoure.

L’orifice est d’un diamètre d’environ deux mètres, et s’enfonce dans des ténèbres qui pourraient être totales, si une lueur d’un jaune maladif n’était pas perceptible loin en dessous de ta position. En colimaçon, un escalier de pierre taillées grossièrement s’enfonce dans les ténèbres. Un petit cri de Sqee suffit à te montrer sa réprobation quant à l’idée d’emprunter ce chemin. Comme pour confirmer sa sensation, tu ne tardes pas à repérer deux détails alarmants.

D’abord, des glyphes dans un idiome que tu ne connais pas ornent le contour de la bouche d’entrée vers le ventre de ce monde. Sans en comprendre le sens, tu as la certitude qu’il s’agit d’une forme d’avertissement. Ton deuxième motif d’inquiétude est la présence de quatre détonateurs thermals apposés aux parois de ce puits inquiétant. Tu n’as aucun mal à comprendre que ceux-ci ont été posés tout récemment, avec pour objectif d’obstruer cet accès aux entrailles de Raklynn VII si nécessaire.

Te voilà donc face à un choix délicat. Vas-tu te lancer dans l’exploration de cet endroit dangereux à plusieurs égards, ou patiemment attendre le retour de l’équipe de chasseurs de trésors ?

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 117
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyMar 21 Jan - 15:15

J'observe longuement le trou béant d'un air circonspect, retirant mon foulard rouge et noir de ma bouche. A la plainte renouvelée de Squee, je réponds vaguement en observant l'orifice :
- Je sais, Squee. Moi non plus, ça ne me dit rien qui vaille...

Je passe un gant sur les inscriptions incompréhensibles, puis regarde les détonateurs avec encore plus de circonspection :
- Ca, c'est de la prévoyance. Qu'est-ce qu'on fait, Squee ? Demandé-je sans m'attendre à autre chose qu'au cri apeuré et plein de stress qu'il pousse ensuite.

Soulevant mes lunettes de pilote, je réfléchis quelques secondes à nos options. Attendre ou les suivre.

Même si je pense une seconde à attendre patiemment ici leur retour, l'étrange sensation qui remonte de la bouche de cet enfer d'Obsidienne répond à mes interrogations. Je ne suis certes pas un Jedi "ordinaire", si tant est que j'en sois encore un. Mais je ne laisserais pas de pauvres innocents -aussi malhonnêtes soient-ils- être sacrifiés à un lieu impie du côté obscur.

Je soupire malgré moi :
- Non, Squee. On ne peut pas les laisser. Et puis tu sais bien que j'aime beaucoup trop avoir le rôle du Héros..., finis-je comme pour me reprocher à moi-même cette demi vérité.

Je remets mes lunettes et remonte mon foulard d'un air déterminé, avant de m'approcher des détonateurs. Je les considère une seconde, mais décide de ne pas les laisser là, à portée de déclencheur d'un pilleur de tombe un peu trop pressé de m'enterrer. Je m'accroupis et inspecte les détonateurs afin de m'assurer qu'ils ne sont pas piégés d'une manière ou d'une autre. Une fois ceci fait et qu'il n'y a rien à signaler, je les ramasse. Si je n'ai pas explosé, je les fourre dans une des énormes poches latérales dans la doublure de mon manteau long, et commence à descendre lentement dans l'escalier de pierre taillée menant à l'Enfer tout en sortant un de mes deux sabres que j'allume pour mieux nous éclairer, et parce qu'on est jamais trop prudent quand on pénètre dans un repaire du côté obscur :- Eh bien, mon p'tit Squee, moi qui rêvais de savoir à quoi pouvait bien ressembler le cul d'un Rancor, on dirait décidément que la destinée s'acharne à vouloir me faire plaisir...Eurk...Jusqu'à l'odeur. Quelle chance...

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 95
Date d'inscription : 08/07/2014

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyMer 12 Fév - 13:24

Pour toute réponse à tes différentes questions, Squee se contente de petits miaulements légers typiques de son espèce. Tu n’as jamais réellement su s’il comprenait ou non tes allocutions à son endroit, mais sa simple présence est une rupture suffisante à ta solitude pour le rendre précieux. L’inspection rapide des détonateurs thermals t’informe qu’il s’agit d’une installation rudimentaire, avec commande à distance. Celui qui en est l’auteur souhaitait apparemment juste s’assurer que cet accès soit temporairement obstrué si nécessaire.

Avec les précautions d’usage dans la manipulation de ce type de matériel, il te faut une vingtaine de minutes pour désamorcer les quatre charges explosives et les glisser dans les zones de ta combinaison prévues à cet effet. Tu t’engages ensuite sur l’escalier taillé à même la roche qui s’enfonce dans une sorte de puits qui pourrait être sans fond si le halo jaune maladif n’était pas perceptible à une centaine de mètres en dessous.
Les murs exsudent un liquide poisseux qui percole à même la roche basaltique en fines gouttelettes. Guidé par le faisceau lumineux de ta lampe torche et par la lueur de plus en plus puissante au bas de l’escalier, tu ressens sur ta peau une chaleur qui s’intensifie à mesure de ton avancée.

Quinze minutes plus tard, tes bottes s’arrêtent sur un sol à présent meuble, en bout d’escalier. La chaleur est désormais étouffante et tu sues abondamment. La pièce circulaire dans laquelle tu te trouves est une réponse parfaitement symétrique à l’ouverture qui t’a conduit ici. Une ouverture en forme d’arche gothique en est la seule issue et la lumière autant que la chaleur proviennent de son extérieur. Les murs sont couverts de glyphes inconnus, comme griffonnés par les serres de quelque créature démente, et les gouttelettes ruissellantes sont absorbées par le spongieux.

N’ayant guère d’autre choix tu franchis l’arche pour déboucher sur le rebord d’un ravin à pic, dont le lit dégueule une lave mouvante à l’origine de la température et de la luminosité des lieux. Un pont enjambe ce précipice mortel, étroit chemin de pierre d’obsidienne qui rejoint une ouverture dans le mur qui te fait face, et qui donne elle-même dans ce que tu penses être depuis ta position une sorte de caverne.

Plus intriguant, à mi-chemin du pont qui doit faire une trentaine de mètre, une forme humanoïde est allongée au sol. Difficile d'ici d’imaginer l’origine de cette forme. Subitement, un rugissement qui te glace l’échine se répercute le long des murs. Squee s’empresse de se blottir au creux de ton cou.  Des cris, le son caractéristique de tirs de blaster, puis le silence. Terrible.

Impossible de localiser la provenance des sons dans ce labyrinthe d’échos, mais tu n’as guère d’autre piste que le pont devant toi pour t’en rapprocher. Alors que tu réfléchis à la suite, un grésillement puis une voix étouffée:

« Lantos, t’es où bordel ? Ces saloperies viennent d’attraper Uzuqhun ! Magnes-toi ou on va tous crever ici! »

Les pièces se mettent en place dans ton esprit : le comlink de la forme allongée sur le pont.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 117
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyMer 19 Fév - 10:38

Parcourant le dédale spongieux avec une légère moue gênée, j'avance vers la chaleur et la lumière qui semblent vouloir me guider. Je reste tout de même sur mes gardes, mon expérience m'ayant appris que tout ce qui me guide ne me veut pas nécessairement du bien.

Après une descente d'escalier qui me semble une éternité, mes bottes trouvent un sol plus dense et une pièce circulaire dégageant une chaleur qui commence à devenir pénible. Je me concentre une seconde sur mon corps, éveillant légèrement la Force en réponse à cette vague étouffante.

Des murs comme griffés de glyphes inconnues. Une arche, seule issue, dont semble provenir la chaleur. Et toujours ce liquide poisseux qui exsude comme le pus de la plaie infectée que je ressens en ce lieu. De la roche basaltique. Je tique un peu, et soupire :

- Eh bien, une chance que l'architecte n'était pas du genre à faire compliqué...Par contre soit il était vraiment frileux, soit il a monté un des plus grands sauna de la Galaxie..., dis-je d'une voix étouffée au travers de mon masque. Je me mets tout de même en route, mon sabre laser nous montrant prudemment la voie.

Mon impression sur la chaleur des lieux se confirme lorsque nous arrivons au pont :
- Évidemment...Ça aurait pu être un paradis luxuriant à l'abri d'un soleil intraplanétaire. Mais non. Il fallait que ce soit d'la lave..., dis-je encore pour moi-même tout en avançant vers la forme humanoide que je viens de repérer.

C'est à ce moment là que le rugissement retenti. Ma main se porte sur mon autre sabre jaune, et en moins de temps qu'il n'en faut à l'écho pour s'arrêter je suis en posture de combat, mes deux sabres dans les mains, concentré sur son origine que je n'arrive pas à définir. Squee sort de mes cheveux d'albâtres avec un air apeuré. Je le rassure d'un coup de joue :
- C'est rien...On nous souhaite juste la Bienvenue...

J'avance vers le pont avec circonspection, me concentrant sur la force pour tenter de trouver la provenance de ce rugissement qui n'annonce rien de bon.

C'est alors que j'entends la voix. Sauf qu'elle ne provient pas de la Force, mais du Commlink de "Lantos", le cadavre sur le pont.

Plusieurs conclusions s'imposent à mon esprit. Des prédateurs ont pris en chasse le petit groupe de Tril. Et Lantos devait être un élément clé de leur survie, pour une raison que je ne connaissais pas encore.

J'observe une seconde ce cadavre, comme un appât posé sur ce pont. Un piège d'un des prédateurs pour attirer d'autres proies ? Mon expérience d'enfers dangereux tendrait à cette conclusion, à moins que ces expériences ne m'aient rendu paranoïaque.

Il n'y avait qu'une façon de le savoir. De toute manière ce pont était mon seul chemin, et il me fallait ce commlink et découvrir les indices que me fournirait ce pauvre "homme" au plus vite :
- Droit dans la gueule du Rancor...Comme d'habitude..., dis-je en avançant rapidement vers le pont et la silhouette d'un air nonchalant. Mais contrairement à ce que mon attitude suggère, tous mes sens en éveil, se fiant à la Force pour éviter toute surprise désagréable. Comme d'être éventré, mutilé ou dévoré, dans le meilleur des cas.

Si j'arrive jusqu'au cadavre, je le retourne d'abord consciencieusement et vérifie qu'il n'est pas "piégé", d'une façon ou d'une autre. Puis je prends son commlink et le fouille pour comprendre ce qu'il s'est passé, restant toujours sur mes gardes.

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 95
Date d'inscription : 08/07/2014

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyJeu 5 Mar - 8:36

Prudent, tu t’avances sur le pont de pierre malgré les récriminations sous la forme de petits cris de ton compagnon à poils. La chaleur qui monte des torrents de lave qui s’écoulent lentement à 20 mètres en-dessous serait étouffante si tu ne portais pas un masque respiratoire. Sans être particulièrement large, évoluer sur le pont de pierre ne tient par chance pas du numéro d’équilibriste. Tu arrives donc en quelques pas à proximité de la forme échouée au sol. Un Duro. Tu notes immédiatement que la peau de l’alien est comme carbonisée, comme s’il avait été victime d’un lance-flammes. Ce qui est incompréhensible, c’est que sa tenue de pilote est intacte.

Sans détecter de menace immédiate, tu te retournes donc le cadavre, pour confirmer ton diagnostique initial : toutes les parties visibles de sa peau sont brûlées et tu devines qu’il en va de même pour les parties couvertes de son corps, tandis que ses yeux ont laissé la place à deux orifices horriblement calcinés. Il en va de même de la bouche et des oreilles. Sans être un spécialiste, tu mettrais bien quelques creds sur le fait que le Duro a été victime d’une combustion interne…

Un crachotement, puis la même voix dans le comlink :

- On est plus très loin de la salle de méditation, mais ces saloperies apparaissent de manière complètement erratique. T’en es où ? Lantos ?!!


Est-ce cette sensation furtive dans la Force ou le cri effrayé de Squee, mais tu te détournes de ton observation pour la voir se matérialiser comme sorti de nulle part. D’abord Intangible, la forme se fait ensuite fantomatique et s’entoure d’un halo d’une lueur jaune-rouge incandescente. A moins de trois mètres de ta position, la forme semblable à une sorte de tornade de taille humanoïde tangue sur le pont de pierre sur lequel vous vous trouvez, comme si elle t’observait.

Les contractions dans la Force autour de cette chose t’informent qu’elle s’apprête à s’en prendre à toi…

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 117
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyVen 13 Mar - 11:13

Complètement erratiques...

Je réfléchis une seconde, penché sur le cadavre de ce pauvre Lantos duquel je récupère le Commlink en continuant d'observer son corps. Il a visiblement été victime d'un phénomène ou d'une créature qui l'a totalement fait carboniser de l'intérieur. Mon habitude de survie en milieu hostile me pousse alors à sortir mon sac pour le fouiller fébrilement, visiblement à la recherche de quelque chose.

C'est alors qu'au milieu des cris de squee, je la sens. D'abord intangible, la créature se solidifie peu à peu dans une lueur incandescente :
- Et évidemment, il faut qu'ce soit d'la lave..., répété-je sans pour autant me laisser aller à la panique : N'aies pas peur, Squee, je suis sûr qu'il est gentil..., lui annoncé-je avec un sourire en coin sans y croire.

D'autres que moi auraient pu céder à la peur, la crainte ou la surprise. Après tout, même pour un Jedi la rencontre de ce genre de créatures n'est pas commune, et son changement d'état à la fois dangereux et pour le moment incompréhensible.

Mais pour ma part je n'avais pas survécu à une enfance sur Karyb 9 sans développer une certaine faculté d'adaptation face aux embuscades et aux prédateurs les plus inhabituels. Le temps que cette mystérieuse créature éthérée de feu se matérialise, j'ai mis la main sur la grande gourde que j'y cherchais dans le sac, dévissant rapidement le bouchon.

Me laissant guider par mon instinct je feins de ne pas réagir, laissant ma main dans le sac et laissant le prédateur incandescent me sauter dessus. Du moins en apparence.

Au dernier moment, je jette sur lui le contenu de ma gourde qui sort de mon sac comme un Gundark de la jungle :
- Tiens, ça t'rafraichira les idées, parce que tu m'as l'air de t'enflammer un peu, Tornado !
dis-je tout en lui jetant de l'autre main une vague de force, mon corps propulsé dans un bond prodigieux à l'autre bout du pont pour me rapprocher de l'équipe dont j'étais probablement maintenant le seul espoir, si tant est qu'il y en ai encore.

Mais cette manoeuvre n'est qu'un premier jet, si j'ose dire. Me doutant que je n'aurais pas le temps de fuir la créature, j'ai juste gagné du temps. Mon autre main a déjà agrippé autre chose dans mon sac, que j'extrais rapidement.

En espérant que cette créature craigne l'eau comme je le suppose, et que cette diversion me donne le temps de réagir, je jette la gourde par terre et casse d'un geste vif le petit réservoir contenu dans la mini-glacière qui me sert entre autre à tenir au frais certains aliments. J'en extrais alors ce qui m'intéresse : une cartouche de gaz Tibanna.

Tous mes sens en éveil avec la Force, une goutte de sueur perle sur mon front. Esquivant ses éventuels assauts suivants du mieux que je peux tout en lui envoyant éventuellement une autre rafale de force pour tenter de la ralentir, mon plan est clair : refroidir cette créature -au propre comme au figuré- tout en oubliant jamais la règle numéro un qui a guidé mon existence : survivre pour pouvoir se battre ensuite.

Bien sûr, si rien de tout cela ne fonctionne, je serais obligé de passer à des tactiques plus classiques. Le combat au sabre laser et la Force. Et s'il a le dessus, il restera toujours la bonne vieille fuite, pour tenter de rejoindre les amis de "Feu" Lantos.

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 95
Date d'inscription : 08/07/2014

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyVen 22 Mai - 13:55

Comme toujours la Force et ton instinct font preuve de leur justesse. A peine as-tu saisi la gourde d’eau que la créature magmatique se jette sur toi. Une roulade calculée sur le bord de ce pont précaire, le contenu de ta gourde  déversée dans le mouvement sur cet étrange adversaire, et tu te relèves pour te propulser d’un bond prodigieux vers l’extrémité opposée de l’arche qui enjambe le torrent de lave liquide en dessous. L’eau de ta gourde s’est évaporée au contact de la créature, mais la réaction en sursaut du Ver ardent confirme le bien-fondé de ton hypothèse. Immuable, la règle des éléments contradictoires s’applique également à ces créatures.

Le feulement et le crépitement des flammes se font plus intenses, comme un avertissement de la colère et de la frustration qui animent maintenant ton adversaire. Un survivant dans ton genre sait pourtant profiter de ce genre de répit. La mini-glacière éclate sous ta botte libérant la précieuse cartouche, intacte. Un nouveau cri de Squee t’avertit de la charge du Ver ardent. Mais cette fois tu es prêt. Tu lances la cartouche de gaz dans la forme intangible, puis referme la main tendu dans sa direction. A distance, tu ressens la coque de la cartouche se briser et libérer le gaz Tibana.

L’effet est immédiat: la créature se cristallise un bref instant. Suffisant pour que tu envoies ton sabre la pulvériser en dizaines de morceaux qui s’éclatent sur le pont et dans le torrent de feu en dessous. Les cristaux de feu restants fondent presque dans la foulée, mais coulent lentement vers le précipice sans se reformer malgré tes craintes. Au moins pour l’instant.

Sans plus attendre, tu t’engages dans un nouveau tunnel de ténèbres éclairé par la seule lueur de ton sabre-laser. Des glyphes sont gravés sur les murs, mais tu n’as pas vraiment le temps de te pencher sur leur signification. Tu débouches sur un nouveau pont qui surplombe lui aussi un torrent de lave. Tu parviens à traverser celui-ci sans adversité et un nouveau couloir t’amène cette fois-ci sur les rebords précaire d’un cenote, si l’excepte que l’eau qui devrait se trouver 50 mètres plus bas est remplacée par un magma bouillonnant. Au centre de celui-ci, une mesa rocheuse s’extrait à 10 mètres au-dessus du bassin ardent. Un chemin en colimaçon sur les parois du cenote permet d‘accéder à la plateforme.

De ta position, tu peux voir une sorte de tombe en roche basaltique qui occupe le centre de la mesa, et la silhouette reconnaissable d’un Gran penché sur le cercueil. A quelques mètres, les dépouilles calcinées d’une femelle Sakiyan et d’un mâle humain… Affairé, le Gran ne semble pas avoir remarqué ton arrivée.

Ardas :

La scène mille fois répétée dans tes songes du sourire aimé qui se pétrifie alors que tu ressens la morsure du poison dans tes veines s’interrompt cette fois avant la fin. Un profond malaise s’empare de toi. Une chaleur terrible succède aux limbes glacées de ton sommeil. La lumière rougeoyante agresse ta vision t’obligeant à vouloir protéger tes yeux de ta main. Ce mouvement t’arrache un cri de douleur, comme si chacun de tes muscles n’était plus qu’imparfaitement opérationnel.

Une voix au-dessus de toi te demande en basique :

- Bon retour parmi nous, Maître Jedi Ozzel.

Ta vision commence à revenir et tu distingues les traits caractéristiques d’un Gran qui te met en joue avec un blaster.

- Vous allez maintenant me dire où se trouve l’holocron que vous avez dissimulé ou alors ce tombeau en deviendra un véritable.

Les souvenirs se bousculent dans ton esprit: Atkins Ozzel, la carbonite.

L’holocron.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Ardas Retores

Ardas Retores

Messages : 28
Date d'inscription : 27/04/2017

Fiche résumée
Nom: Ardas Retores
Race: Humain
Carrière: Duelliste Makashi

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyDim 24 Mai - 9:28

Le sommeil glacé de la carbonite n'était malheureusement pas un sommeil paisible, ou sans rêves. Le mien était peuplé de souvenirs aux allures de cauchemars, comment aurait-il pu en être autrement alors que mes derniers moments d'éveil avant ce coma artificiel furent marqués du sceau de la pire des choses qui aurait pu m'arriver : la trahison de l'être aimé.

Je n'avais que trop de raisons de connaître un sommeil agité, car je n'avais rien vu venir. Ou du moins, je n'avais pas su décrypter les signes avant-coureurs, ni n'avais fait le nécessaire pour désamorcer la situation. J'aurais sans doute pu, et dû, mieux faire. Être là pour elle, mais ce ne fut pas le cas, et il était clair qu'elle avait sombré, seule, sans prendre la peine de m'appeler à l'aide.

Le réveil, un moment douloureux. Mes muscles ne répondent plus vraiment, mon corps est lourd, engourdi. Ma tête est pleine d'une mémoire dont je peine encore à rassembler les morceaux, et même l'éminente sensation de Tout donnée par le Force ne suffit pas à totalement me permettre de conserver ma sérénité légendaire.

Qui plus est, lorsque mon réveil est couplé avec le bout d'un blaster pointé sur ma tête, et qu'un nom surgit de mes derniers souvenirs refait immédiatement son apparition.

Je lève ma main pour protéger mes yeux, et laisse quelques secondes s'écouler, la question du Gran restant en suspension dans l'air lourd et saturé d'une chaleur étouffante. Ma tête tourne, je n'y vois pas très clair et mon corps tout entier peine à reprendre vie.

- Ozzel ? Je ne suis pas maître Ozzel. soufflé-je en direction du Gran, en commençant à me redresser pour m'asseoir. Ma position révèle ainsi un homme d'une trentaine d'années, aux cheveux noirs et à la tenue sans équivoque : je porte la traditionnelle robe des chevaliers Jedis, et même la torpeur qui paralyse mes mouvements n'est pas suffisante pour altérer mon intense présence.

Je lève les yeux vers le Gran et son blaster avec peine, en les plissant autant que possible pour laisser ma vue se réadapter.
- Où sommes-nous, et qui êtes-vous ?

_________________
"Une danse... Avec mes sabres !"
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 117
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyMar 26 Mai - 8:05

Débarrassé de ce "ver de lave", j'accélère un peu la cadence, traversant couloirs et ponts, pour finalement aboutir à un cénote de lave d'où sortait une plateforme en son centre. La chaleur se fait plus intense tandis que j'aperçois le tombeau basaltique au centre de la Mesa. Je m'accroupis en plissant les yeux pour observer la scène de ce Gran penché au-dessus du tombeau. L'écho de sa voix se répercute sur les parois :
Citation :
- Bon retour parmi nous, Maître Jedi Ozzel.

Mes sourcils se froncent d'incompréhension alors que le Gran braque son blaster sur le tombeau, d'où un corps semble s'être éveillé.

Citation :
- Vous allez maintenant me dire où se trouve l’holocron que vous avez dissimulé ou alors ce tombeau en deviendra un véritable.
- Ozzel ? Je ne suis pas maître Ozzel

Celui qui dit ne pas être Atkins Ozzel se redresse. Ostensiblement un Jedi, même si je suis incapable de dire s'il s'agit d'Atkins, vu que je n'ai pu voir aucune image de lui. Il tente de réadapter ses yeux à la lumière vive de la lave. Il était visiblement en sommeil, et les symptômes même à cette distance ressemblent à ceux de la carbonite. Sa voix s'élève à nouveau :
Citation :
- Où sommes-nous, et qui êtes-vous ?

J'observe la scène encore quelques secondes. Le Gran menaçant un Jedi pour trouver l'Holocron que je recherche. Ma décision est prise en moins d'un souffle, tandis que j'évalue les distances en dégainant mes deux sabres qui s'allument d'une lueur orangée assortie au décor.

Sans plus attendre j'effectue un bond défiant toute forme de gravité pour couvrir la distance qui me sépare de la plateforme centrale, quelques quarante mètres en contrebas. La poussière se soulève à mon atterrissage sur un genou, mais je ne laisse pas au Gran le temps de réagir. Le temps semble ralentir autour de moi. Mais pour le Gran c'est une ombre blanche, rouge et orangée qui fonce sur lui à une vitesse surhumaine sûrement avant même qu'il n'ait le temps de réagir. mes deux sabres lasers croisés se retrouvent sur sa nuque, et un sourire un peu cruel passe sur mon visage de trentenaire aux cheveux de neige :
- "Arrêtes moi si tu la connais. C'est deux sabre-lasers qui rentrent dans le cou d'un Gran. Et Fzzzztttt la tête du Gran...", finis-je tandis que le vrombissement de mes deux lames à ses oreilles lui indiquent que contrairement à ce que le laisse penser ma tirade, je ne plaisante pas : "...Alors si tu veux pas qu'on joue à décapitons la tête du Gran, j'te conseille de lâcher ce blaster. Je voudrais pas que tu te fasses mal, mais je suis pas sûr d'arriver à tenir cette pose très longtemps..."

Puis je jette un coup d'oeil au Jedi avec un sourire presque espiègle :- Vous savez qu'il existe des Hôtels largement plus sympas dans la Galaxie que ce bouge pour faire une sieste ? Là vraiment je leur mets même pas une étoile sur StartripAdvisor...

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 95
Date d'inscription : 08/07/2014

Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde EmptyVen 12 Juin - 15:47

Vos visages cramoisis sont un indicateur de la chaleur suffocante qui règne dans ce lieu. La sensation est encore plus vive pour Ardas après le froid de la carbonite. Il règne ici la sensation que l’on doit éprouver dans le creusot d’un alchimiste de la Force. Le Gran, équipé d’une armure thermique ostensiblement visible sous une pancho, semble moins souffrir de l’environnement que vous. Avant l’intervention de Ash, son museau bovin se plisse légèrement tandis que ses trois yeux scrutent le visage de l’humain tout juste sorti de sa prison centenaire. Le refus d’identité d’Ardas le laisse quelques instants perplexe, avant qu’il ne murmure pour lui-même dans un basique marqué par un très fort accent:

- La carbonite… Oui, bien sûr.

Il reprend à l’intention d’Ardas :

- Nous sommes sur Raklynn VII, vous venez d’être libéré de la carbonite après plusieurs siècles, vous devez sûrement subir le contre-coup de la sortie d’hibernation. Vous êtes le Maître Jedi Ozzel et le créateur…

La phrase meurt en même temps que l’intervention d’Ash. Passé la surprise, l’humour (douteux?) de l’homme aux deux sabres-laser trouve toutefois preneur avec le Gran :

- Oui je la connais cette histoire, c’est celle où celui qui menace regarde pas dans son dos.

Ash, tu sens le tir arrivé avant qu’il ne te touche. Tu parviens à te retourner suffisamment vite pour parer de tes armes énergétiques les tirs qui arrivent sur toi et découvrir ton agresseur. Un Droid araignée nain CS-C1, accroché à la paroi du cenote, dont le blaster tire à répétition dans ta direction et t’oblige à parer en tout sens. Un droid: voilà pourquoi tu ne l’as pas senti dans la Force ou vu de ta position en hauteur. Déjà le Gran a roulé sur le côté et s’est écarté de la zone de tir grâce à tes mouvements de barrage et il s’apprête sans le moindre merci(y) à te tirer dans le dos.

Tout va très vite pour toi, Ardas, mais tu parviens à te redresser dans ce qui est un large cercueil de pierre basaltique. Encore Déboussolé, tu remarques que le Gran s’est jeté à terre à moins de deux mètres de toi, tandis que celui qui est intervenu, probablement un Jedi vu ses armes et son arrivée pour le moins non-conventionnelle est à la lutte avec un droïd accroché à la paroi d’une sorte de caverne dont laquelle ta prison est située sur un promontoire rocheux entourée de lave. Et c’est précisément au cœur même de cette dernière qu’une silhouette fantomatique en forme de tornade se constitue non-loin de ton cercueil.

Un réveil peut-être un peu trop animé.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Dans le ventre du monde Empty
MessageSujet: Re: Dans le ventre du monde   Dans le ventre du monde Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans le ventre du monde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mouche avec larves qui bougent deja dans leur ventre
» Agneau mort né
» Actu : Swatch Group accroît sa participation dans le groupe chinois Hengdeli
» Tajine de Poulet aux Olives et Citrons Confits
» Les arbustes et arbres à floraison printanière

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Midnight Online :: Ash & Ardas - An Old Repupblic Star Wars Story :: Chronicles of the Gatekeeper-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: