AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros d’achat
Voir le deal

 

 Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir

Aller en bas 
AuteurMessage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMer 30 Mar - 10:36

Nar Shaddaa, la lune des contrebandiers.

Enfin à la maison, te dis-tu. Avant de te souvenir qu’on est parfois pas forcément le bienvenue chez soi.

Mais rien ne viendra gâcher ta bonne humeur de revenir sur ce bon vieux caillou qui ressemble à un kaléidoscope de lumières phosphorescentes digne des plus sombres songes d’un camé aux bâtons de la mort. Les baffles des cantinas innombrables du secteur Corellien se mélangent en une bouillie musicale à vous faire perdre la raison. Et puis il y a les effluves de la nourriture des vendeurs de rue : cuisses de pookas aux épices de Kohl, brochettes de soso au whisky de Corellia, sandwichs dont on ne veut pas connaître la garnitures, tout se confond en un maëlstrom olfactif insoutenable. Et pourtant, les rues grouillent de monde, un mix d’espèces bigarrées totalement inédit dans la galaxie. Ainsi est faite la lune des contrebandiers.

Sy te suit depuis votre sortie de l’astroport, sans paraître réellement surprise ou dégoutée par l’endroit. Sans se montrer distante, elle a tout de même pris soin de tracer une frontière entre vous durant le voyage. Peut-être que ton haleine n’y est pas pour rien… En même temps, cela t’a permis de téter tranquille sur la boutanche, tout en profitant de temps à autres d’une conversation malgré l’absence de Shayn. Et puis cela t’a surtout permis de te préparer à l’inévitable question de l’archéologue alors que vous passez devant les agressifs rabatteurs d’une quelconque cantina vantant les mérites de la meilleure musique de Nar Shaddaa et des plus belles femelles de la galaxie.

- Et maintenant ?

Maintenant ? Plusieurs choix. Gorba, éminent membre du  Besadii Kajidic, ne réside pas sur Nar Shaddaa. Il vit dans son palais de Bilbousa sur Nal Hutta. Et on n’entre pas dans son palais sans y être invité.

Mais, car il y a toujours un mais, il a ici plusieurs représentants que tu connais.

Tim « Jobar », un natif de Coruscant, qui a hérité son surnom d’une faculté indéniable a pété les plombs pour un rien et sortir son feu à la moindre occasion. Il crèche dans une arène de combat de créatures extra-terrestre du secteur rouge connue sous le pseudo délicat de « Fosse aux espoirs déchus ».

Modjek « Ice » Koruij, un duro qui a érigé le visage déjà inexpressif des siens au rang de chef d’œuvre de l’impassibilité. On peut le trouver dans le secteur Corellien, non loin d’ici, dans un infâme bouge où les prostituées proposées aux clients sont toutes victimes d’amputations diverses et variées.

Enfin, Deimios Lonton, est pour autant que chacun sache, un natif de Nar Shaddaa. Il est le gestionnaire du Lady Orange, une cantina fréquentée par les junkies aux bâtons de la mort et autres camés en tout genre. L’établissement a la réputation d’être la cible de mystérieuses disparitions… Tu sais qu’il s’agit en réalité d’un lieux de choix pour le recrutement du commerce d’esclaves de Gorba.

Il ne te reste plus qu’à faire ton choix… Le choix du roi ?

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMer 30 Mar - 14:53

Une fois n'est pas coutume, je sors du Numa's Hope douché (mais pas rasé, faut pas abuser non plus), suite aux remarques de Sy pendant notre petit space trip. Faut dire qu'à force de traîner entre malfrats on finit par oublier l'odeur.

Et en parlant d'odeur, j'esquisse un grand sourire en découvrant la rue et l'animation du quartier des Docks, inspirant une bonne bouffée d'air vicié et puant en fermant les yeux une seconde. No place like home, me dis-je en les rouvrant pour réfléchir à la suite des opérations. Mais ma nouvelle "partenaire" (si seulement) me devance en me posant la question à 100.000 creds.

Au travers des brumes de ma dernière cuite en date, je pense aux différentes réflexions que j'ai eu le temps de me faire pendant ce voyage d'alcoolique abstinent. Pour l'instant mes conclusions étaient toutes entourées de gros points d'interrogations. Je me doutais quand même que ce simple technicien n'avait pas trouvé la porte du Palais du Hutt tout seul. Un groupe concurrent à l'Empire devait probablement être derrière lui. C'était l'explication la plus plausible. Un groupe sûrement assez influent et et riche pour contacter un type comme Gorba pour qu'il fasse passer Hatchum en-dessous des radars impériaux. Une affaire assez délicate pour que Gorba traite en direct avec eux et abrite peut-être même le futur fuité du cerveau dans son Palais.

Si je ne me trompais pas, cette information pouvait être mon ticket d'entrée gratuit dans la place, via un des trois ravagés qui composaient ma courte liste de contacts potables dans les Lieutenants de cette limace vicieuse.

Je ne connaissais bien sûr rien du groupe en question ni de leur relation exacte avec Gorba, sinon ça aurait pu être trop simple. Donc il allait falloir improviser pour trouver un angle d'attaque crédible. La bonne nouvelle, c'est que l'impro et le baratin, c'était ma spécialité.

Évidemment, j'aurais pu saborder mon partenariat avec Miss Menthol dès maintenant balançant tout ça à Gorba. Mais c'était prendre le risque qu'elle l'apprenne par un mouchard dans la Palais ou sur Nar pour que ma fille et Shayn soient exécutés sur le champs. C'était une p'tite conne arrogante, mais elle le ferait, je l'avais vu dans ces yeux froids de petite sadique. Et je ne pouvais pas prendre ce risque en naviguant à l'aveugle sans savoir encore à qui me fier.

Je me retourne vers la jeune Twi'lek. Est-ce que je peux me fier à elle ? Mpff, est-ce que t'as le choix, pauv' cav..?

Je m'approche d'elle d'un pas nonchalant tout en observant l'air de rien les alentours pour vérifier qu'un indic de gorba ou de ses lieutenant n'est pas dans le coin. Puis m'approchant suffisamment pour qu'elle sente mon haleine comme si je draguais une pute du coin rencontrée deux minutes auparavant, je lui glisse :
- «Il faut décrocher une entrevue avec Gorba dans son Palais de Nal Hutta. Mais j'suis pas vraiment un membre VIP, comme tu t'en doutes, trésor...Donc on va aller voir un de ses Lieutenants. Et...Le baratiner jusqu'à ce qu'il nous y amène...»


Je tire sur ma clope, et rajoute en me lissant le sourcil de l'index qui tient ma clope avec un petit sourire :
- «T'as une préférence entre l'amputation par un sociopathe dans un boui boui dégueu, l'esclavagisme par un gros vicelard dans une boite à Junkie et finir bouffée par une créature d'arène tenue par un gros compulsif-impulsif de la gâchette ?...J'avoue, j'ai du mal à m'décider...», mon regard devient un peu plus dur : « Ou ptet que tu devrais rester peinarde au Numa's Hope pendant que j'négocie...C'est pas vraiment des enfants de cœur les Lieutenants de Gorba le Hutt, et...Enfin, j'suis pas sûr que tu sois taillée pour ce genre de milieu, gamine...»

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyVen 15 Nov - 8:34

La jeune Twi’lek fait une moue dédaigneuse devant ta dernière déclaration :

- Ne vous en faites pas, j’ai appris à gérer les males de toute sortes d’espèces depuis mon plus jeune âge, même les plus déjantés. Elle n’ajoute pas « dans votre genre », mais son regard suffit à te le faire comprendre.

Son front se plisse légèrement lorsque tu reportes le choix du roi à sa décision :

- Et bien… je ne suis pas sûr de comprendre là où vous voulez en venir mais, à choisir, je préfère l’arène des créatures. Elles ont au moins le bon goût de ne pas masquer leur intentions.

Un choix comme un autre. Derrière vous, les trillements de l’unité R2 marque sa réprobation et son indignation quant à votre destination. Vous vous enfoncez pourtant dans les ruelles tortueuses et crasseuses de Nar Shaddaa jusqu’à la Fosse aux espoirs déchus. L’endroit devait certainement être destiné dans la tête de son architecte à être un parking à speeders pour les habitants du building au-dessus. Le « Jobar » en a développé une autre vision. Des cris hystériques vous accueillent alors que vous franchissez l’entrée gardés par deux molosses Elom massifs. Les frères Krod. Des bourrins aux bulbes aussi fondus que leur patron.

L’intérieur est bondé. Population aussi bigarrée que celle de la lune des contrebandiers. Mais quelle que soit leur espèce, tous semblent pris d’une hystérie furieuse.

Le décorum, lui, est privé de tout esthétisme. Des échafaudages incertains forment de dangereux gradins qui entourent une fosse qui s’enfonce, elle, sur une quinzaine de mètres dans le sol. Il vous faut jouer des coudes pour vous y faire une place et voir que sur le permabéton nu de la fosse, un jeune Gotal tente d’échapper à la furie d’un Albek qui n’a pas dû être nourri depuis plusieurs jours. Sur la zone ouest des gradins, le bureau des paris est pris d’assaut par les parieurs en furie.

La cote pour la survie du Gotal est à 17 contre 1…

Au centre de la tribune qui vous fait face, les «loges » de l’arène. Et sur un « trône » de bric et de broc siège Tim « Jobar ». Le Balosar est entouré d’une cour de dégénérés à son image, et un sourire carnassier déforme son visage devant le carnage irrémédiable qui va se dérouler dans peu de temps dans la fosse.

Vous en êtes à vous demander comment accéder à votre cible dans cet attroupement sauvage quand on te tape sur l’épaule :

- U Bitta sola kamdema, Solaris[1] ? Te demande une Rodienne avec un blaster ostensiblement braqué sur toi. Juuda, une des lieutenant de Tim « Jobar ». U Ketta meleni shosho baba chwoga ! U wamma wonka ?[2]

Le bon point, c’est que c’est le genre de personne qui peut te conduire jusqu’au maître des lieux. Le mauvais, c’est que tu ne vois absolument de quoi elle parle…


[1] Tu cherches quelqu’un, Solaris?
[2] T’as du culot de venir ici après l’ardoise que tu as laissé. Tu viens payer ?

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyVen 15 Nov - 13:35

La jeune Twi'lek et ses torpilles à proton mammaires me répondent d'un ton aussi déterminé qu'un Mandalorien en goguette. Cette petite en a visiblement autant dans la culotte qu'au balcon, métaphore qui m'inspire autant qu'elle me met mal à l'aise.

Devant autant de poigne, je m'incline, d'autant que j'ai pas particulièrement de préférences entre la peste rakghoule et le Choléra Womp. Je peux quand même pas m'empêcher de glisser d'un air narquois par dessus les trilles du R2 que j'ignore royalement :
- Espérons qu'ce soit pas nous qui ayons trop bon goût...

Puis de reprendre en commençant à lui indiquer la direction à prendre :
- Bien, amis des Arènes, l'Arène des fous nous attend...Enfin, le Roi, en fait, vu l'taulier...Bosska !

Et pendant qu'on marche, je lui explique avec...Mon doigté naturel les dangers qui risquent de nous attendre pendant qu'on prendra le Thé avec Tim le Jobard. Parce que bon, des cinglés dans ma vie j'en ai connu, mais là je pense que ce Balosar peut gagner mon palmarès des dix enfoirés les plus cyclo-psycho-Socio et autres trucs en iques que j'connaisse. Donc autant qu'elle sache à quoi doit s'attendre un merveilleux petit lot dans son genre pour éviter les travers des "fosses espoirs".

Des souvenirs me reviennent, lorsque j'étais jeune (et con, mais ça ça a pas tellement changé) quand je venais regarder et parier ma misérable paie d'apprenti pirate en m'en cachant bien de ma figure paternelle.

Devant la clameur qui s'échappe de l'endroit avant même que l'on y pénètre, je me dis que certaines choses ne changent pas. Ou du moins pas trop. Hystérie collective sur fond de meurtre ritualisé. Ce que les bas-fonds produisent de plus glorieux réunis pour demander ensemble le tribu du sang et de la violence pas tout à fait gratuite. A la réflexion j'étais peut-être encore plus con quand j'étais jeune.

Je salue les frères Krad, en faisant en sorte de rester proche de ma petite protégée (ce qui j'avoue m'arrange un peu, là), et on file tout droit dans la gueule d'une des Arènes les plus brutale et sanguinaire de cette partie de la Galaxie. La Fosse aux espoirs déchus. La Légende veut que ce lieu ait été créé par un Mando en manque de compétition pour ses entraînements. Mais c'est probablement qu'une histoire pour donner du cachet à un endroit qui n'en aura jamais, à part pour ces gens en manque de tout et surtout de violence.

Après avoir joué de mon super pouvoir de coudes (et parce qu'il y a beaucoup trop d'alcooliques pour que mon attaque de l'haleine supernova fonctionne ici) pour arriver devant la scène, le spectacle qui nous attend est aussi pathétique que ce à quoi je m'attendais. Un jeune Gotal. Un Albek aux épines furieuses. Et évidemment la jeune tête à cornes n'a visiblement pas la côte, et le bureau de paris est submergé d'imbéciles qui avaient dû parier sur la mauvaise cible ou qui voulaient se faire encore plus de creds.

Evitant le spectacle contre lequel je ne peux malheureusement rien, je lève la tête pour observer le "Trône". Tim est là, assis comme le Roi du tas de fumier sur lequel il jette un regard avide, entouré de sa cour des miracles des Enfers.

Ce type sera sûrement plus facile à manipuler que les deux autres, mais il allait déjà falloir lui survivre. Et pour le coup, j'irais pas au bureau des paris pour miser sur nous, là tout de suite.

Alors que je suis en train d'élaborer un plan pour avoir une petite discussion en tête à gueule, je sens qu'on me tape l'épaule.

Et ça, c'est rarement bon signe dans ma branche.

Je bouge pas en entendant la voix de la Rodienne. Juuda. Une petite perfide de Rodienne qui tiendrait presque du cliché racial. Par contre, je me rappelle pas avoir laissé un paquet de dettes ici...Si ? Mais bon, elle en est convaincue, et comme tout l'monde le sait dans le milieu de la négociation des bas-fonds, le racketteur a toujours raison, surtout quand il a un blaster braqué sur vous.

Et de toute façon, comme toujours, moi je vois ça comme une opportunité.

Je me retourne donc aussi lentement qu'un bantha sous bâtons de la mort, et tout en levant des mains aussi vides qu'un clochard qui vient de naître je lui jette à la trompe mon plus beau sourire ultra bright de Captain Solaris :
- Heyyyyyy, Juuda ! Comment ça va depuis l'temps, Amiga ! Wouahou, t'es respelendissante, ma belle !...T'as fait une couleur, non ?

Je ne lui laisse pas le temps de répondre, mon mode fast talker est enclenché, et je compte bien arriver à mes fins tout en m'amusant un peu :
- Une ardoise ? Mais de quelle ardoise tu parles, Pateesa ? Tu sais bien que j'ai toujours des paris gagnants, moi...Enfin à part sur ce Jawa. Mais c'était pas un pari réglo, il aurait eu toutes ses chances contre cet Acklay, s'il avait eu des bras...

J'enchaîne sans presque avoir l'air de reprendre mon souffle, m'approchant dangereusement de la zone dite du "coup de crosse de Blaster dans ta gueule", bien connu des amateurs comme moi. Mais bon on a rien sans rien, à ce qu'il paraît :
- Mais assez parlé de moi. Alors, Patee, comment ça va avec...Grossk, c'était comme ça qu'il s'appelait ? Toujours l'amour fou, ou t'es enfin célibataire ?

Oui je sais. Vous vous dites : Mais bordel, Jax, qu'est-ce que tu fous ?

Eh bien j'utilise la méthode Jax Solaris, disponible chez tous les bons Vendeurs d'Holo et malandrins de la galaxie. 1 - Toujours passer pour un crétin, et un rustre. 2 - Provoquer gentiment, de sorte à ce qu'on croit que c'est vraiment parce que vous êtes un abruti. 3 - Faire en sorte de vous faire frapper et ramener au Chef avec qui vous avez une entrevue, même s'il n'est pas encore au courant. 4 - Faire diversion pour éviter qu'on s'intéresse trop à la superbe twi'lek qui vous accompagne, parce que si ça dégénère il est préférable qu'elle s'en sorte à peu près indemne jusqu'au viol.

Je sais, je sais. J'ai toujours eu un cœur d'or, ça m'perdra. Mais vous vous rappelez de ce que j'ai dit ? On a rien sans rien.

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyLun 18 Nov - 8:28

Juuda penche la tête légèrement de côté, mais son expression reste indéchiffrable. Sans la moindre faille dans sa façon de pointer le blaster dans ta direction, elle te laisse aller au bout de ton discours.

- U bouta boska doota…[1]

Le reste n’est qu’un instant de douleur intense quand la crosse de son blaster vient percuter ton visage avec la vitesse d’un crotale de Felucia, éclatant une arcade sourcilière. On a beau s’y préparer psychologiquement, savoir que ça arrive, ça fait quand même mal ce genre de truc.

- Nudd chaa ![2]Crache-t-elle à ton intention en enfonçant son blaster entre tes omoplates, alors que tu te tiens le visage entre les mains.

Bon an, mal an, ton plan semble fonctionner puisque vous prenez la direction de la tribune « VIP » où Tim exhorte l’Albek à en finir avec une proie qui n’a jamais eu la moindre chance. Ce qui ne manque pas d’arriver, déchaînant un hurlement de liesse ou de dépit dans les tribunes, en fonction du côté de la côte où se situe les intérêts. Dans la brume sanglante qui a envahi ton champ de vision, tu distingues Syllaesé qui vous suit prudemment, à quelques pas derrière. Alors que les tribunes commencent à se vider pour permettre à la foule de se désaltérer dans l’attente du prochain combat, Juuda te conduit jusqu’au Balosar qui discute avec une énorme Bith qui se tient à ses côtés. A ses pieds, une adolescente à moitié nue observe votre arrivée d’un oeil perdu dans les vastes contrées d’une drogue quelconque. Au-dessus du maître des lieux, deux de ses molosses : Chuumba Pryde un Quarren massif et un Umbaran a l’air vicelard dont tu ignores le nom.

A votre arrivée, le Jobar délaisse la Bith pour se tourner dans votre direction avec un grand sourire, avant de prendre la parole de son éloquence saccadée :

- So.. So.. laris, mon am..am ami! Détail amusant, Tim est affublé d’un bégaiement particulièrement marqué. Ca serait amusant, s’il ne dessoudait pas tous ceux qui lui font remarquer. Qu… qu.. qu.. quel plaisir de te vo.. vo.. voir !

De plus près, on peut voir à quel point le Balosar a une sale gueule. Une barbe parfaitement taillée n’arrive pas à dissimuler l’acnée juvénile qui a rongé son visage, tandis que ses deux yeux de fouines sont profondément enchâssés sous un front proéminent. Sur ce dernier, deux antennes s’agitent en tous sens, surtout lorsque Tim bute trop longtemps sur un mot.

- J’ima.. ima.. imagine que tu.. tu.. tu viens me rembourser mes 5000 cré.. cré.. crédits? Son sourire sadique réapparaît sur sa bouche à la lipe tombante. A.. av.. avec les inté.. inté… intérêts bien sûr !

Le Quarren et l’Umbaran s’agitent à ces mots, leur attitudes révélant des individus sur le qui-vive et prêts à un affrontement.

- Ou al.. al.. alors tu as prévu un rem.. rem.. remboursement d’une au.. au.. autre sor.. sor.. sorte, dit-il lorsque son regard se porte sur la Twi’lek, qui vous fixe tour à tour, l’air méfiante.

Menace permanente, tu peux sentir le canon du blaster de Judaa toujours appuyé contre ton dos.

[1] T’as jamais su fermer ta gueule…
[2] En avant !

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyJeu 21 Nov - 8:55

Comme prévu, à force de chercher des crosses, Jax en a trouvé. Et on a beau croire, on s'habituera jamais vraiment à toute cette générosité dont les gens sont capables dans ces cas là. Bon c'est sûr que mon entraînement (de militaire et d'alcoolique) m'aide à ne voir qu'une seule Sy, et même de lui glisser un petit clin d'oeil au travers du sang qui pisse de cette arcade gauche qui est décidément très prisée. 23, contre 14 pour la droite...Enfin, dans les six derniers mois. Mais les petits miracles de la vie font que je ressemble pas encore à un Besalisk.

J'me laisse donc conduire par cette charmante jeune fille pleine d'attention, qui m'amène jusqu'au Trône du Roi des Jobar(ds), un spectacle...Edifiant, si on aime le genre cirque galactique grotesque. Mais bon, on est sur Nar, donc rien de choquant.

J'observe la scène d'un oeil attentif (vu que l'autre a ses règles), et j'écoute mon bègue préféré déclamer à la vitesse d'un Hutt qui tape un sprint. Quoique c'est pas sympa pour les limaces.

Sa garde rapprochée est relativement efficace, mais de toute manière je ne comptais pas déclencher d'autres hostilités que verbales pour le moment.

Lorsqu'il désigne Sy, je tressaille intérieurement mais n'en montre rien. Si y a bien quelque chose que j'ai appris toute ma vie c'est qu'il ne faut jamais montrer de faiblesse à un animal sauvage.

Lorsqu'il a fini de me faire un speech digne d'une holo sur la pègre Hutt, je lui souris de toutes mes dents (autant en profiter tant que j'en ai encore) en m'essuyant l'arcade de ma mitaine en cuir :
- Hey, Koochoo ! Comment va, depuis l'temps...T'as adopté un animal de compagnie, c'est bien, ça occupe !

Puis regardant l'énorme Bith à côté de son "animal de compagnie", je peux pas m'empêcher de me marrer intérieurement. *Ca bordel, c'est c'que j'appelle avoir une grosse Bith...*

Après ce petit silence, je montre Judaa du pouce :
- Ouais, ta Lieut' m'a invité, j'ai pas su comment refuser...Elle m'a dans la peau, j'ai l'impression...A moins qu'ce soit moi...

Petite pause d'effet de la technique dite du Bantha Ivre Solaris, avant de lever un oeil bleu et un oeil rouge vers le cruel Balosar avec un air goguenard :
- La pute en jaune, c'est un cadeau de Gorba, donc non c'est pas mon paiement, et j'doute qu'il apprécie qu'tu touches à une marchandise pareille qu'il m'a offert..., dis-je avec un sourire en coin du genre "on s'est compris", avant d'enchaîner avec mon air d'alcoolique innocent : Par contre je t'avoue que j'pige rien à cette histoire de dette, désolé...Mais bon, on doit pouvoir trouver un arrangement, pas vrai ? Ajouté-je avec l'enthousiasme d'un marchand de tapis Toydarien avant de finir : J'veux dire, j'pense pas que Gorba voit d'un très bon oeil que tu butes son meilleur pilote...

Oui, là encore, j'vous vois venir. Et blablabla, le type dit et fait n'importe quoi, et en plus c'est quoi ce Héros qui laisse un type se faire dessouder dans une arène et une pauvre fille finir en esclave d'un sadique.

Toi, t'as jamais vécu à Nar Shaddaa, c'est sûr. C'est pas que je sois un sociopathe qui pense la moitié de ce qu'il vient de dire pour "plaisanter". Mais si je fais pas ça, je passe pour un sensible. Et la sensiblerie ici ça se paie au minimum avec des dents. Et ça c'est si on a de la chance, et manque de bol je cause avec un psychopathe, dès fois que son côté bègue vous l'ai fait oublier.

Donc je m'adapte pour survivre. Enfin, je parle pas de mon laius sur ma dette, qui n'a pour but que de le mettre devant un choix dont il va sûrement se foutre dans un premier temps. Ça c'est parce que c'est comme ça que tout le monde me connait, et que j'aurais l'air suspect à avoir l'air trop malin. Les démonstrations d'intelligence à ce genre de types, ça aussi ça se paie en ivoire dentaire. Et j'ai pas les moyens.

Maintenant, on va voir si mon "plan" qui n'en est pas un fonctionne, ou s'il va décider de me dégommer dans l'arène...Ce qui malheureusement m'apparaît comme la solution la plus probable venant d'un psychopathe con-génital comme lui. J'espère juste qu'il va pas me foutre un Rancor...J'suis pas assez échauffé.

Vous vous souvenez que j'vous ai dit qu'on avait rien sans rien ?

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyJeu 21 Nov - 15:05

Tous ceux qui t’ont déjà rencontré le savent parfaitement : il est inutile de tenter de couper Jax Solaris lorsqu’il est lancé dans l’un de ses soliloques effrénés.  Tim Jobar semble en être conscient et il te laisse en finir sans vraiment détacher son regard de la Twi’lek. Lorsque tu en termines avec cette (longue) introduction, tout le monde te considère sérieusement quelques secondes avant qu’un éclat de rire du Balosar ne provoque l’hilarité générale, comme si cette assemblée hétéroclite attendait son signal. Chacun semble rire d’une blague qui t’échappe, à toi comme à Syllaesé qui n’avait pourtant pas bronché sur le vocabulaire utilisé à son encontre. Même la jeune toxico rit de bon cœur, tandis que la Bith propulse des jets liquides en se tenant les côtes dans son hilarité. Des postillons espères-tu.

- So.. So.. Solaris le co.. co.. comique ! Go.. Go.. Gorba lui fait des ca.. ca.. cadeaux et il oub.. oub.. oublie sa de.. de.. dette, dit-il en te désignant du doigt, le regard tourné vers sa cour. Qu..qu.. quel ma.. ma.. Marrant tu fais, dit-il en se retournant vers ses favoris. Heu.. heu.. Heurese… heureusement que j’ai une mei.. mei.. meilleure mé.. mé.. mémoire, subitement sérieux.

L’hilarité générale s’évanouit aussi vite qu’elle était apparue. Durant tout ce temps, seuls Juuda et son blaster qui ne lâche pas ton dos sont restés de marbre. Tu as parfaitement conscience que la scène attire les regards des parieurs encore dans les tribunes. Une autre joute est en cours, et tu n’as pas trop envie de savoir quelle est la cote en cours pour ta victoire.

- Mei.. mei.. meilleur pilote ? Reprend le Jobar, les antennes sur son front s’agitant de plus en plus. T.. t.. tu es fini So.. so.. Solaris, t.. t.. tu n’es plus qu’un c… c.. clown alco.. alco.. alcoolo. Même ton co.. co..coéquipier a mit les voi..voi voiles pour te f.. f.. fuir.

Il marque une pause et le sourire mauvais qui s’ouvre dans sa barbe, qui le rend encore plus laid si c’était encore possible, ne t’inspire rien de bon. Il se lève et descend d’une marche en ta direction.

- On va s’arr.. arr.. arranger oui ! S.. ss.. soit tu me donnes les 5000 cr..cr..crédits en ca.. ca.. cash de suite. S.. ss.. soit tu descends d.. d.. dans l’arène pour le pro..pro.. prochain combat en gu..gu.. guise de p.. p.. paiement.

Un regard derrière le fou qui occupe le trône des malades t’indique que ses deux molosses ont dégainé leurs blasters. Le Quarren te vise ostensiblement, tandis que l’Umbaran tourne son arme vers ta compagne Twi’lek. Une nervosité palpable commence à agiter cette dernière. Pas faute de l’avoir prévenue pourtant…

- A.. a.. alors So.. so.. Solaris ? Dit le le lieutenant de Gorba en se rasseyant pour te considérer de son regard de fouine mesquine. Parce qu’une fouine de Nar, c’est forcément mesquin. Et dangereux.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyLun 25 Nov - 16:20

Bon, évidemment, c'était couru. Mais au moins ça a couru dans le sens que je pensais, même si plus ça va, plus je trouve que j'ai des plans de plus en plus foireux. Je me remémore les images de ma fille que l'autre pute m'avait distribuées comme de la guimauve Corellienne, puis l'image de Shayn en train de s'faire torturer.

Non, j'étais vraiment prêt à tout pour les récupérer, en vie. Bon, évidemment, fallait que j'survive. Mais j'avais dans l'idée depuis le temps que l'Univers ne voulait pas que je meurs. Peut-être parce que comme le Jobar, ils aimaient le spectacle. Et n'importe qui sur Nar où dans la bordure vous le dira, il n'y a pas mieux que Jax Solaris pour rendre vos fêtes moins moroses. On en a toujours pour ses creds.

Et tout en me disant ça, je me prépare à faire encore une connerie, suivant la droite ligne de ce plan tout à fait merdiavélique.

Je laisse un petit silence planer, m'essuyant cette arcade qui avait décidé d'avoir une très longue envie pressante, avant de lever ma gueule de contrebandier alcoolique la plus désabusée vers lui. Mais je ne fais pas le mariol, pour une fois. J'observe la foule autour de sa cour, Sy, puis Juuda, avant de revenir sur Jobar avec un air assez grave mais non dénué de style :
- Mon vieux, t'as toujours su comment m'prendre...Mais tu t'doutes bien que j'me balade pas avec cette somme. Et quelque chose me dit que tu vas pas m'laisser l'temps d'aller retirer à la banque galactique, pas vrai ?

Rhétorique. Mais je ne le laisse pas enchaîner, plissant les yeux d'un air plus sérieux :
- Eniki, Lorda Jobar...Va pour le rodéo d'arène. Après tout, t'as raison. J'suis probablement fini. Donc si j'dois crever, autant le faire avec le panache des Solaris, qu'est-ce que tu en dis...Mesdames et Messieurs, voici votre nouveau Champion, le seul, le grand l'unique Jax Solaris ! Finis-je en levant les bras pour me la jouer juste avant de me prendre un coup de crosse sur le crâne par ma nounou Rodienne et de tomber à genoux. Mais je souris, et remontes la tête en signe de défi à ce fils de Hutt qui se prend pour un Seigneur de la Guerre :
- Qu'est-ce que tu dirais d'un combat entre toi et moi ? Si je gagnes toi ou un de tes gars m'amènes à Gorba pour annuler ma dette ET tu me recommandes pour un job histoire que j'me refasse un peu...Si tu gagnes...Bah j'pense pas qu'il y ait besoin de détailler...Mort horrible par décapitation, blablabla, la scène habituelle, quoi... Enfin, à moins que tu t'la joues Roi de l'Arène sans être un vrai guerrier, évidemment...

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMer 27 Nov - 15:41

Ta harangue du public trouve de l’écho à travers plusieurs hurlements d’excitation, mais malgré des travées qui se remplissent de nouveau, les spectateurs sont comme suspendus à ton échange avec le maître des lieux. Echange d’abord avorté par le coup que te porte la Rodienne qui te met à genoux, avec vue en contre-plongée sur le visage du Balosar qui semble se réjouir au plus haut point de la direction prise par la situation. Ta dernière demande le fait à nouveau rire aux éclats, mais cette fois-ci sa cour ne le suit pas dans son hilarité, trop attentive à une éventuelle mauvaise réaction de ta part. Ou de la sienne.

- Tr..tr.. très amusant co..co.. comme suggestion J..j.. jax. M.. m.. mais ce.. ce.. cette foule ne v.. v..veut pas de co.. co.. combat entre hu.. hu.. humanoïdes, m.. m.. mais entre cr.. cr.. créatures exotiques et hu.. hu.. humanoïde. Et ce.. ce.. celui qui doit d.. d.. de l’argent c.. c.. c’est toi !

A nouveau ce sourire mesquin avant qu’il n’ajoute :

- J.. j.. je serai qu.. qu.. quand même gr.. gr.. grand seigneur. S.. s.. si tu l’em.. em.. emportes, j’ac.. ac.. accèderai à ta de.. de.. demande. Il regarde Juuda qui a repris sa posture de matonne après avoir manqué de t’assommer. C.. C.. Conduis-le d.. d.. dans l’arène.

Alors que l’embout du blaster se fait plus présent dans ton dos, et ne te laisse ainsi guère d’autre choix que de suivre les directives, tu perçois le regard interrogatif de Syllaesé dans ta direction tandis que Tim « Jobar » se tourne brièvement vers la Twi’leck aux formes pulpeuses.

- P.. p.. prenez donc p.. p.. place avec nous, m.. m.. ma belle. T.. t.. toi, b.. b.. bouges ton c.. c.. cul et amènes n.. n.. nous à boire, dit-il à l’adolescente à ses pieds, avant que tous ne disparaissent de ton champs de vision car tu descends un escalier qui s’enfonce dans le sol sous le commandement de Juuda.

Tu estimes que votre descente vous conduit au niveau du sol de l’arène, ce qui ne tarde pas être confirmé par la gigantesque enceinte intérieure au cœur de ce qui constitue le deuxième sous-sol du building qui se dresse au-dessus de vos têtes. Des dizaines de containers à bêtes de taille plus ou moins importantes sont disposés autour de l’enceinte de l’arène. Un unique sas adaptable de grande taille permet de coller les containers à l’arène pour en libérer les habitants. Il règne ici une chaleur et une odeur bestiale désagréable. Deux antiques droids de manutention servent vraisemblablement à déplacer les containers des créatures choisies par le Jobar, ou encore ceux qui contiennent la nourriture et le nécessaire pour les entretenir. Un spectacle insolite si tu n’étais pas dans ta situation présente.

Juuda pousse à nouveau son arme dans ton dos, si fort qu’elle va bien finir par y faire un trou sans avoir besoin d’appuyer sur la gâchette. « Nuud chaa ! » dit-elle en t’orientant vers une porte à taille humaine sur le côté de l’arène. Un Bothan au visage déchiré par une longue cicatrice et doté d’un bras cybernétique ouvre la porte tandis que Juuda te bouscule pour t’y projeter sans ménagement, tandis qu’on envoie à tes pieds une pique d’une longueur d’un mètre cinquante pour seule défense. La porte se referme comme elle s’était ouverte, sauf qu’il n’y a aucun système de commande d’ouverture de ce côté-ci de l’arène. Curieusement, l’arène semble bien plus petite quand on est dedans que quand on la domine depuis les gradins. Les murs de métal polis ne laissent aucune chance de grimper, malgré les nombreuses traces de griffures qui attestent de tentatives de tes prédécesseurs… Une sorte de fenêtre grillagée est la seule autre ouverture en dehors du sas et de la porte que tu as « emprunté ». Elle est actuellement scellée par une plaque métallique.

Tu relèves la tête, obligé de te couvrir les yeux pour masquer l’éblouissement causé par les puissants spots qui illuminent l’arène. Incroyable de voir à quel point les gradins se sont remplis lors des quelques minutes qui ont été nécessaires à t’amener ici. Les mises à mort font toujours recette, quelles que soient les époques et les civilisations. Tu finis par distinguer Sy qui s’est finalement assise, mais à une prudente distance de la cour de ton hôte. Elle te regarde, tu dirais même avec une pointe d’angoisse si tu ne craignais que ta vanité d’alcoolo ne te joue des tours. Tout sourire, lui, le propriétaire de Fosse aux espoirs déchus te toise avant de se tourner vers la foule en ouvrant les bras.

- Mes a.. a.. amis, je s.. s.. suis heu.. heu.. heureux de vous présenter un nou.. nou.. nouveau et i.. i.. inattendu co.. co.. combat. Et p.. p.. pour cela, je v.. v.. vous of.. of.. offre le TITAN !!!

A peine en a t-il terminé avec cette annonce qu’un rugissement unanime parcourt les travées au-dessus de ta tête.

Une fumée envahit alors les abords du sas d’accès principal. Une nuée gazeuse qui dégage un froid terrible même depuis ta position. Le pschiiiit du sas est long, indice d’une porte de grande taille. Un grondement rauque et puissant traverse la fumée, puis un pas lourd fait frissonner le sol sous tes pieds. Enfin, la bête sort des fumerolles évanescentes, libéré de sa prison et sans nul doute avide de chair fraîche.

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Ul15

Un Wampa.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMer 27 Nov - 18:28

Et voilà. Vous savez, le problème avec les plans bien huilés, c'est qu'ils sont tellement bien lubrifiés qu'ils finissent le plus souvent au fond d'mon cul. Donc fort de cette expérience, j'ai appris à surfer sur le Tsunami. Le soucis, c'est qu'on est pas à l'abri d'une surprise.

J'pensais sincèrement que le vicelard serait sensible à ma petite provocation, mais en fait il a vraiment rien à foutre de son image, et il esquive avec une remarque limite spéciste. Autant pour Jax. Du coup ce sera Arène surprise. Bon il a quand même accepté la proposition de pari, donc on va prendre ça pour une demi victoire. Enfin, si j'survis, et mes chances me paraissent aussi mince qu'une Zeltronne anorexique.

Je réponds donc rien à son petit speech, ce serait pas le moment qu'il change d'avis. Je regarde Sy avec un autre de mes petits clins d'oeil rassurant dont je pense pas un cil, en évitant de penser au fait qu'il vient de lui demander de s'assoir à côté de lui. Mais là je suis trop occupé à me faire amener à la potence pour pouvoir gérer ça. Déjà que t'as du mal à gérer un problème à la fois, forces pas trop mon Jax.

Je descends donc par l'escalier dans la fosse accompagné de ma garde du corps préférée, découvrant le derrière de la scène que j'avais fréquentée un moment. Ben c'est comme pour les concerts, on est souvent déçus. Surtout que là j'suis le menu principal de l'attraction, et que c'est pas juste une métaphore pour des minettes déchaînées après ma vertu, malheureusement. A moins qu'ce soit un Rancor femelle, là j'ai p'tet mes chances.

Mon cerveau se raconte des conneries (à moins qu'ce soit à toi que j'parle) mais je cherche désespérément une porte de sortie, une astuce, quelque chose. "Il y a toujours une solution". C'est c'que disait mon instructeur des Forces Spéciales. D'un autre côté, il m'avait aussi dit "Solaris, vous êtes un cas désespéré, j'ai pas d'solution pour vous". Donc ça s'discute question pertinence.

Là. Les Containers. Libérer les bestioles ? Ca pourrait être un plan, mais difficile à réaliser depuis l'extérieur, et là la Rodienne me colle comme une groupie, et visiblement elle aime pas que j'fasse du tourisme :
- Hey, ça va, pousses pas, poupée, je sais qu't'es impatiente de m'voir en pleine action, mais laisses moi m'préparer à entrer sur scène, j'suis un artiste moi !...

En croisant ce Bothan complètement couturé et avec un bras cybernétique, j'me dis ironiquement que c'est beau l'amour des animaux, et qu'il a vraiment le sens du sacrifice. Sauf que moi j'l'ai pas :
- Salut, beau gosse...Alors dis moi, ça m'a l'air de coûter un bras à nourrir ces bestioles, non ?, lui dis-je avec un sourire innocent.

Mais j'ai pas l'temps d'voir sa réaction, la porte s'ouvre et Juuda me pousse avec toute sa délicatesse vers la lumière. Pourtant on m'avait prévenu : "Ne vas pas vers la lumière". Trop tard. Ah, mais ça va. Elle me file une minuscule pique. Ca, ça m'rassure grave.

J'me relève et ramasse le cure-dent avec un sourire à Juuda avant que le Bothan referme :
- Sympa l'pique à brochettes ! C'est pour le barbecue j'suppose ?...

Pas le temps de faire le mariole plus longtemps, il faut que j'pense. Et c'est pas facile.

Finalement, c'est petit une arène vue de l'intérieur. Pas d'sortie par là où je suis entré. Des spots aveuglants, des murs de métal griffés qu'on peut clairement pas franchir. J'ai juste repéré une espèce de fenêtre grillagée scellée par une plaque métallique. Pas sûr que ça serve, mais dans ces cas là on sait jamais.

Tenant ma pique de fortune comme une strip teaseuse une barre de pole dance, je regarde la foule avide en mettant une main au dessus de mes yeux et en les plissant. Ah, tiens. C'est Sy. C'est étrange, elle a pas l'air rassurée. Elle en pince pour toi, mon p'tit Jax, c'est ça d'avoir autant de classe qu'un Clodo de Nar Shaddaa, ça les fait toutes tomber...C'est l'effet Solaris

Je m'apesantis pas devant ma propre vanité, et me met plus ou moins en position de combat, dans le style Héros déchu avec sa lance. Mais je pense qu'on repère plus le côté déchu. Et là je vois mon Psychopathe préféré qui a l'air aussi heureux qu'un Rancor devant de la chair fraîche annoncer interminablement...Le Titan ? Le nek est sérieux ? Quel blaze à la con pour un Rancor...

J'entends le Pschiiiitt. Je vois la cage réfrigérée s'ouvrir. Au travers de la buée froide, je me fais deux réflexions.

La première, c'est que c'est pas un Rancor, ce qui serait normalement une bonne nouvelle.

La seconde, c'est que c'est une saloperie de Wampa, ce qui me ferait presque regretter le Rancor. Rapide, décontracté dans la décapitation à la griffe, il vous ravira d'un spectacle vicelard avant de se repaître de sa proie encore vivante. Difficile à élever même pour le combat à ce qui s'en disait, mais quasiment imbattable au corps à corps par des humanoides standard.

Là, je regrette instantanément que Shayn soit pas là. Le combat aurait pas fait un pli, et c'est probablement lui qui en aurait fait de la Chair à Shayn. Mais j'suis pas Shayn, loin de là. Ou alors la version anorexique-alcoolique de Shayn.

Je regarde la bête approcher, tout en tentant de me rappeler tout c'que j'sais sur ces créatures. Ca vit dans l'froid. Ca chasse la nuit en sautant sur tout c'qui bouge avec d'énormes bonds et des charges. Leurs griffes et leurs pattes sont pires que celles d'un Wookie, et c'est vraiment des grosses saloperies de trois mètres de haut.

Là, j'me sens beaucoup mieux. Cette saloperie va sûrement m'étriper, mais au moins moi j'pourrais répondre à toutes les questions du Galactic Trivial sur les Wampas.

Bon, on va tabler sur le fait qu'il va pas être à l'aise, probablement gêné par les spots (déjà que moi j'le suis, alors une créature nocturne...), et le fait que j'connais au moins en partie sa façon de chasser en faisant des charges à quatre pattes avant de sauter sur sa proie en se levant sur ses deux pieds...Enfin, ça c'est en espérant que les reportages holos et les rumeurs de chasseurs soient à peu près fondés.

Je m'approche donc, tournant autour pour me positionner au dernier moment quand il chargera du côté de la grille que j'avais repéré plus tôt. Pas que j'ai l'espoir qu'il s'empale dessus comme un con, mais bon en l'éblouissant un peu avec ma lance rutilante ça devrait l'aveugler suffisamment au dernier moment pour qu'il me manque et que j'ai une chance soit de m'évader par la grille qu'il aura défoncée, soit de l'empaler sur ladite grille si elle est abîmée, soit de l'empaler avec mon cure dent en visant autre part que dans sa fourrure au cuir épais à ce que j'en sais.

Ça commence à ressembler à un plan. Du coup ça m'fait flipper, j'ai peur qu'il soit trop huilé.

- Minou minou...Viens voir Jax, mon p'tit Titan, on va bien s'amuser...Tiens tant qu't'y es prends moi une bière dans l'frigo derrière toi si t'en trouves..., dis-je la bouche sèche. Ca m'donne toujours un peu soif de m'faire mettre à mort par un Wampa.

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMar 10 Déc - 15:57

Un rugissement terrible répond à tes invectives, qui fait même vibrer les os de ton propre corps et provoque une hystérie collective dans les gradins qui surplombent l’arène. Tu n’y prêtes que peu d’attention, bien trop occupé à mettre de l’huile dans les rouages de ton plan lubrifié. Avec des pas chassés, tu tentes de rapprocher ta position de la fenêtre avant la première charge de la créature. Celle-ci arrive pourtant trop vite pour que tu puisses prendre la position idéale mais une roulade au sol, aussi réussie que les nombreuses que tu as pu pratiquer après 3 bouteilles de corellien dans l’estomac dans de nombreuses cantinas de la galaxie, te permet d’échapper à ce premier assaut. Tu te redresses cette fois-ci au bon endroit, et a le temps de voir la tête balafrée du Bothan déformée par un sourire sadique à travers le grillage, avant d’essuyer une nouvelle charge du Wampa. Tu parviens à te glisser sous le bras de ce dernier alors qu’il frappe, ses griffes lacérant les murs et la grille sans faire autre chose que des étincelles. Ca manquait d’huile ce plan de toute façon, et la preuve est une nouvelle fois faite qu’il faut toujours mieux flamber une préparation au whisky, c’est moins gras. Le bon point, c’est que tu comprends un peu mieux à présent le nom donné à cet endroit.

Le Wampa se redresse alors de toute sa hauteur, hurlant sa frustration d’affronter une créature aussi fuyante. Ton palpitant cogne avec vigueur contre ta poitrine, au point où tu te demandes s’il va pas lâcher. Bien trop concentré, ton esprit enregistre pourtant le claquement sec d’un tir de blaster au-dessus de toi, mais tu n’as gère le loisir d’y prêter attention car le Wampa attaque à nouveau. Cette fois-ci ton plongeon ne le trompe pas, et tu peux sentir la morsure douloureuse des griffes de la bête sur ton épaule. Par réflexes, tu parviens à ton tour à planter ta pique dans l’articulation du genou de ton agresseur qui rugit à son tour de douleur et de colère. Tu te relèves péniblement pour te mettre provisoirement hors de portée.

Ce n’est que ce bref répit qui te permet de réaliser que la Fosse aux espoirs déchus est prise d’assaut ! Des tirs de blaster fusent dans tous les sens au-dessus de toi et les gradins sont l’objet d’une fuite éperdue de ses occupants pris entre le feu des assaillants et les hommes du Jobar. Ce dernier a d’ailleurs disparu de sa tribune et dans le mouvement de foule, tu ne distingues plus Sy.  Difficile d’y passer plus de temps, car le Wampa ne s’est pas laissé distraire et s’approche à nouveau de toi. Au même instant, la grille de la fenêtre de la fosse s’ouvre et tu entends les trilles frénétiques d’un droid qui t’appelle. De toute façon, tu n’as pas vraiment d’autres options à faire valoir.

Une course folle en te tenant l’épaule blessée, un plongeon malhabile dans la fenêtre et te voilà hors de portée du Wampa !!! Celui-ci hurle sa frustration contre la fenêtre, tentant de glisser sa patte dans l’ouverture pour t’atteindre sans la moindre chance d’y parvenir.

L’épaule en vrac, tu te redresses pour faire face à l’unité R2 « gentiment » prêté par Maureen Kalast, un bothan mort avec un point rouge qui fait tache dans fourrure au niveau du front, et un Zabrak muni d’un énorme E-11s et qui te considère avec méfiance :

- T’es sûr que c’est lui, R2-K9 ? demande-t-il au droid.

Il répond par un « Ok » aux babillages affirmatifs du droïd.

Un peu héberlué, tu vois arriver une seconde zabrak qui te rappelle Sy par la générosité de ses protubérances mammaires, et qui pousse Tim « Jobar » devant elle en le braquant avec un blaster.

- Zol, c’te tête de Wermo essayait de prendre la tangente par la sortie des artistes, dit-elle avec un rictus qui doit être sa manière de sourire. Son attention se reporte sur toi puis sur le Zabrak avant qu’elle ne poursuive un peu étonnée: C’est lui, le Nek ?!

Sans répondre, le dénommé Zol hoche la tête à la question de sa congénère. Puis, après avoir fait reposer le canon de son E-11s sur son épaule, il te tend son autre main pour t’aider à te relever :

- Et bien Jax Solaris, nous avons à parler.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMar 10 Déc - 23:39

Bon là, j'avoue, même moi je pouvais pas la voir venir celle-là.

Déjà le Barman Wampa a presque réussi à m'étriper au lieu de m'servir une bière. Les Arènes, c'est vraiment plus c'que c'était. Le seul bon point, c'est que comme c'était pas l'Arène des Neiges, il y est pas arrivé.

En plus de ça, je tourne le dos deux minutes pour me faire déchiqueter, et c'est l'bordel pire que dans la chambre d'un Hutt à Nal Hutta.

Et maintenant sans transition je me fais sauver par le Droïde que j'pensais avoir viré d'la team, qui apparemment travaille avec deux Zabraks encore plus psychopathes que mon p'tit Jobar qui en mène pas large sous la férule de ce canon qui me rappelle beaucoup Sy. La coiffure, sûrement.

Alors que j'tente de me relever sans succès en tenant cette épaule dont le sang avait visiblement très envie de se barrer, la jeunette pose une question. Mais c'est pas tant la question qui m'turlupine que la façon dont elle a appelé l'autre Zabrak. Zol. Bon évidemment, ça pourrait être un Zol Fett ou un Zol Skywalker parmi d'autres. Mais j'avais plusieurs fois entendu parlé d'un Mercenaire Zabrak du nom de Zol Kaor.

Et là, tout en dévisageant alternativement tout ce beau monde -y compris le cadavre du Bothan manchot- je me demande si c'est une bonne nouvelle, ou si mon plan était pas tout simplement bien trop huilé. J'me demande aussi combien de fois un Droide peut être retourné sans que ça ait l'air d'une vieille blague droidophile. Parce que clairement vu la situation et vu leur race, ces deux là devaient pas bosser pour Miss pouffiasse à la menthe.

Et il connait mon nom. Généralement, quand quelqu'un connait mon nom, c'est que j'lui doit du fric ou que j'ai vraiment assuré au pieu. Et si j'avais eu c'gars entre mes draps, j'm'en souviendrais...Non ?

Bon retour à la réalité. Après quelques secondes d'hésitation, je finis par prendre la main qu'il me tend et me relève aussi vite qu'un Rancor Malade.

Puis je regarde la top modèle Zabrak énervée avec Jobar, puis le Mercenaire, puis le Droide, puis le cadavre, avant de tourner un sourire forcé derrière un rictus de douleur en montrant le Bothan du pouce :
- Ah vous aussi vous êtes du front de libération des Bothans qui veulent devenir des Grans...C'est vrai que ça lui va clairement mieux trois yeux...Puis ça compense la perte du bras...

Effet de l'adrénaline (c'est peut-être passé inaperçu mais j'ai failli crevé là dehors) ou juste effet Solaris, j'esquisse un sourire un peu ironique pour mon ami l'Jobar entre les griffes de la zabrak aux cornes chromées :
- Ben alors, tu t'attendais pas à m'revoir, mon pote ? Eh, tu m'avais pas dit que t'aimais le S-SSSS-M..., dis-je dans une imitation approximative de son bégaiement avec un sourire taquin, avant de lui faire un clin d'oeil au sang séché de mon arcade : ...Ceci dit t'as bon goût...

Pendant que j'blague, je réfléchis. C'est pas que j'ai des masses de choix, mais c'est toujours mieux d'essayer d'avoir une longueur d'anticipation, surtout quand on vous prend pour un clodo alcoolique, ce qui est clairement le cas de miss Zabrak de cette année :
- Tiens y a une question qui m'vient...Comment vous faites quand l'soleil tape dessus...Ca doit brûler non ? Dis-je à l'intention de la zabrak en mimant des cornes sur mon propre front.

Après cette entrée en matière assez classique (enfin, pour moi), je décide d'enchaîner rapidement, parce que de sombres pensées me sont venues en regardant la zabrak aux yeux carmins et sa ressemblance naturelle (ou pas) avec Sy.

Merde. Sy. Pensant soudain à ma toute fraîche coéquipière je tâte ma poche intérieure où je trouve les miettes de mon Commlink. Super, vraiment cette journée pouvait pas être meilleure..

Je lâche alors d'une traite :
- Bon, c'est pas que j'veuille paraître impoli, surtout qu'a priori vous venez de m'sauver la vie, merci mes frères et soeurs à cornes et viva la Révolution, à mort les impériaux, toussah...Mais là j'ai ma coéquipière à récupérer, si possible avant qu'elle se chope un décès prématuré et non désiré. Twi'lek, peau entre le jaune pêche et le orange couché-de-soleil-sur-Manaan, sexy à se vendre à un Hutt, et des obus de la taille de cette plantureuse jeune fille..., Dis-je en montrant ceux de la Zabrak :
-Vous l'auriez pas aperçue ? Une direction m'suffira..., finis-je avec toujours mon sourire bright, mais avec une lueur déterminée qui arrive même à passer au travers de la buée d'alcool, faisant discrètement passer le message à Zol sur mes conditions pour "parler".

Ah, le marchandage. Quelle belle invention. Même "sauvé" (ou plus probablement otage d'un nouveau groupe), c'est toujours aussi utile. Ou pas.

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».


Dernière édition par Faust le Mar 21 Jan - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyLun 16 Déc - 16:31

Ta loghorrée , aussi rapide qu’un E-11 en mode automatique dans les mains d’un mercenaire Zabrak, entraîne un regard entre ton « sauveur » et sa plantureuse coéquipière. Tu peux facilement y décrypter une forme de doute sur ta santé mentale ou sur le fait que tu es bien celui qu’ils recherchaient. Tu sens d’ailleurs que tu touches un point sensible à l’évocation de la cage thoracique surdéveloppée de la Zabrak, puisque son visage se crispe et qu’elle tend son blaster dans ta direction (tout en maintenant fermement Tim Jobar malgré tout) :

- T’as la langue trop pendue, putain d'Kochoo. R’dis ça encore une fois et tu vas regretter de pas avoir été bouffé par le Wampa, dit-elle (Hel), furieuse.

Celui que tu penses être Zol Kaor lève une main vers la Zabrak :

- Du calme, Hel. Cela ressemble autant à un ordre d’un hiérarchique qu’à un mot rassurant d’un homme attentif. Il te fixe alors d’un air circonspect. Celui pour qui je travaille souhaite avoir une discussion avec toi. J’aimerai te dire que tu as le choix, mais tu ne l’as pas vraiment.

Il lève son bras et fait des petits cercles en l’air avec pour s’adresser, tu imagines, aux autres mercenaires.

- On décolle ! Repli sur le point Besh.

Il reporte son attention sur toi et ajoute :

- Je vais voir ce qu’on peut faire pour ta copine, mais elle a dû foutre le camps dans la confusion. On n’a pas le temps de rester ici, d’ici quelques minutes, l’endroit va grouiller d’hommes de Gorba. Mieux vaudrait ne plus être dans les parages à ce moment-là.

Sans réel autre choix, tu te lances à la suite des deux zabraks et d’un dizaine d’hommes en armes de races diverses. Au moins as-tu la chance de ne pas avoir les yeux bandés comme Tim Jobar. Vous sortez parce que tu devines être l’accès externe à la ménagerie de l’arènes des Espoirs Déchus et vous retrouvez dans l’une des ruelles sordides du quartier. Les projecteurs de barges cargo Bantha-II balaient à présent la place où se situe l’entrée des arènes et commencent à se déplacer autour, notamment dans votre direction. Zol vous conduit alors de building en building pour couvrir votre fuite, tandis que tu t’inquiètes du devenir de Syllaesé. Tu te rends compte par ailleurs du professionnalisme des hommes de Zol, qui couvrent votre fuite et se déplacent dans le plus grand silence. Tu chiffres à environ une dizaine le nombre de blocs que vous traversez avant de grimper les escaliers d’un dernier building pourtant aussi anonyme que les autres. La douleur à ton épaule est vive et tu commences à t’essouffler lorsque vous vous arrêtez à un étage encore en construction, où le vent s’engouffre  entre les piliers de soutènement et le permabéton dénudé. Les mercenaires s’arrêtent là avec Tim Jobar, tandis que Zol t’emmène lui un peu plus loin, hors de portée d’écoute, jusqu’à une pile de caisses de matériaux divers aux côtés desquelles deux silhouettes se tiennent debout.

Le premier est un homme vêtu d’une combinaison militaire noire. Une tenue furtive, sûrement un modèle Sakiyan. C’est pourtant bien un humain qui la porte, aux long cheveux grisonnants, tout comme la barbe bien taillée qui encadre un visage au nez aquilin et aux yeux gris acier. A ses côtés, un peu en retrait, la deuxième silhouette est bien plus surprenante dans cet environnement. Une jeune femme blonde comme les blés, au regard bleu ciel et à la beauté certaine. Son accoutrement évoque plus une noble impériale qu’une femme habituée aux chaudes soirées de Nar Shadaa.

Alors que vous êtes à quelques pas, R2-K9 s’approche de l’homme avec des trillements excités à son intention. Ce dernier sourit largement, avant de poser sa main sur la tête ronde du droïd :

- Moi aussi je suis heureux de te revoir R2-K9.

Il t’observe ensuite quelques instants, comme pour te jauger, puis jette un regard en direction de la jeune femme blonde qui l’accompagne. Cette dernière lui adresse un hochement de tête. Il s’adresse alors à toi sur un ton calme et bienveillant:

- Jax Solaris, je suppose. Je me nomme Tyree, et je suis à l’origine de ce… kidnapping dont vous avez été l’objet. Encore que j’ai cru comprendre qu’il tombait à pic. Vous voudrez bien excuser ces méthodes peu orthodoxes, mais je n’avais guère d’autres créneaux pour organiser cette rencontre. R2-K9 m’a fait savoir que nous avions un ennemi en commun et une quête aux intérêts convergents. Maureen Kalast et moi-même recherchons la même personne, avec des visées différentes. Il marque une pause. J’ai besoin de parler avec Hashu Kelonna, car c’est un proche de Galen Erso. Je sais que l’agent Kalast vous a proposé un marché, relatif à votre fille. Je n’ai pas la prétention de vous apprendre quoi que ce soit, et vous n’ignorez sûrement pas que l’ISB se chargera de vous éliminer dès que vous aurez rempli votre part du deal.

Il se tourne vers la jeune femme blonde, qui s’avance de quelques pas. Tu as alors l’occasion de constater combien elle est jeune :

- Je me nomme Ennyl Ozzel, Monsieur Solaris, et je suis une amie de votre fille. Nous avons fait nos premières classes ensemble et nous étions à l’Académie impériale avant que nos chemins de ne se séparent.

Elle tend sa main dans laquelle réside un projecteur holographique qu’elle allume. La forme bleutée en 3D que tu reconnais comme étant Ennyl apparaît aux côtés d’une autre jeune fille dans laquelle tu reconnais avec un pincement au cœur les traits de Laina. Elles rient toutes deux aux éclats devant quelque chose que tu ne vois pas. La jeune femme blonde reprend alors :

- C’était au bal de fin de l’Académie impériale, il y a 1 an. Je n’ai plus vu Numa depuis, mais nous nous écrivons souvent, dit-elle d’un ton laconique.

Le dénommé Tyree reprend alors la parole :

- Je ne suis pas ici pour passer un marché avec vous, Jax. Ennyl a déjà décidé de vous aider à retrouver votre fille si tel est votre souhait, et je ne l’en empêcherai pas. J’aimerai cependant votre aide pour rencontrer Hashu Kelonna et pour cela, je suis bien sûr disposé à vous fournir de mon côté toute l’aide que vous jugerez nécessaire dans la mesure de mes moyens.

Il se tait, et tous deux te fixent à présent dans l’attente de ta réaction. A quelques pas derrière, Zol regarde nerveusement de droite et de gauche.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMer 18 Déc - 0:57

Ce qu'il y a de bien à avoir touché le fond du trou à rat womp, c'est que chaque situation devient presque positive. Regardez, là. Outre me faire draguer par une jeune Zabrak pudique, je me fais aussi gentiment conseiller par un Mercenaire, et accompagné très cordialement par une troupe aussi sympa qu'un cirque impérial jusqu'à un refuge. Qui a dit que l'altruisme était mort dans cette galaxie ?

Ensuite nous avons pris un Thé Alderaanais avec mes nouveaux amis, j'ai appris qu'outre avoir ignoré l'existence de ma fille toutes ces années j'avais oublié de noter son bal de fin d'Académie sur mon agenda trop chargé en Whisky et en déprime, et non content de toutes ces bonnes nouvelles, on m'a même proposé d'aller la chercher et de rendre service, même si je savais pas encore de quoi il s'agissait exactement.

Eh ben avec ça, je vois pas comment j'aurais passé un mauvais moment. Vraiment, j'avais une vie de rêve moi depuis quelques jours.

Ce qu'ils avaient oublié un peu de souligner c'est que le petit service allait probablement entraîner ma mort, et qu'ils étaient plus intéressés que ce que leur gentillesse digne d'une Holo-sitcom laissait présager.

Bref, encore la routine.

Je me concentre une seconde pendant qu'ils finissent de causer pour remettre de l'ordre dans mes idées (et vu mon grammage, c'est assez compliqué).

Tyree, le "chef" de toute cette opération, en a après l'objectif de Maureen la petite pute à la menthe. Visiblement, la blondasse de l'ISB avait omis de me préciser quelques petits détails. Notamment qu'Atchoum avait des relations -sûrement de travail, mais je juge pas- avec Galen Erso. J'avais entendu parlé de ce gars...Une pointure dans la recherche top secrète, je crois. Bref assez important pour qu'un gars comme Tyree s'en rappelle. Mais malheureusement pour lui, je ne faisais pas plus confiance à la Résistance qu'à l'Empire en ce moment, même si mon point de vue était susceptible de changer vue la situation.

Les Autres étaient une équipe de mercenaire dont Tyree était sûrement le chef, ou du moins le commanditaire. Et Ennyl, si elle ne me jouait pas un remake d'un Holo d'espionnage totalement pété, était bien ce qu'elle prétendait.

J'évalue mes options avec une certaine dose d'ironie. Ne pas balancer la pute à la menthe, et me prendre une décharge de la Zabrak qui se ferait sûrement un plaisir. Ou trahir une pute de l'ISB que je déteste cordialement et peut-être récupérer ma fille en balançant tout ce que je sais et en les aidant, même si pour l'instant ils n'en avaient pas parlé. Sûrement parce qu'ils ignoraient tout de l'histoire.

Je soupire, et c'est pas du tout un soupir mental. Non un bon vieux soupir, bien fort. Tu parles d'un choix à la con.

Le vieux finis son speech sur l'aide qu'il est prêt à me fournir. Notez, si c'est lui qui huile le plan, p'tet que c'est lui qui finit avec dans l'cul ?

Je le regarde, puis Ennyl, puis Zol. Je sors une clope encore plus zigzagante que d'habitude que je m'enfiche au coin du bec avant de l’allumer avec une allumette survivante de l'Arène. Tout en tirant une latte, je recrache la fumée en levant un regard vitreux vers les deux négociateurs de la Résistance :
- Eniki...Ca fait pas mal à avaler, va falloir me donner quelques secondes, je viens de me faire agresser dans une arène par un Wampa, je crois qu'j'suis en hypoglycémie...Vous auriez pas un p'tit verre ? Dis-je en m'humectant les lèvres vainement avant de continuer en les scrutant :
- Disons que j'crois votre histoire. C'qui devient de plus en plus compliqué, parce que vous me servez tous des histoires un peu différentes. Mais okay, supposons que j'avale l'idée que Miss Ennyl est bien une ancienne bestah de ma fille. Et que vous, en bon samaritain, vous êtes juste venu l'accompagner pour qu'elle m'aide, et avez supposé qu'en servant votre baratin de la résistance à un ancien impérial désabusé, j'allais sauter dans vos bras et vous dire oui, je l'veux...

Je tire une autre latte, et lui annonce calmement :
- Et moi ça me laisse avec un copilote et ami lui aussi retenu en otage par les impériaux, et ma toute fraiche coéquipière disparue -c'qui est con, elle aussi elle cherche à tirer dans les jambes de la pute de l'ISB-...Et en plus de tout ça, aucune garantie que si j'vous aide je vais pas crever à la fin comme dans le scénario de l'Holo de Maureen...

J'esquisse un sourire narquois :
- C'est un peu rapide comme demande, non, on pourrait parler un peu avant de vouloir me déflorer comme une vierge Alderaanaise après un mariage alcoolisé à Manaan ?

Avant qu'ils n'esquissent une réponse, je rajoute en soufflant la fumée :
- Ok. Je vois que vous êtes pas causants au premier rendez-vous de speed dating, alors je commence. On a Maureen qui me fait chanter pour que je lui ramène son ingénieur Atchoum le transfuge contre ma fille et mon coéquipier. Comme son transfuge veut se faire la malle vers une destination inconnue en passant par Gorba, et qu'elle sait que je suis le meilleur pilote de ce vicelard de Hutt, son choix de cible a pas dû être très dur. Ensuite on a Sy, la belle Twilek orange pêche rencontrée sur mon propre vaisseau et qui m'balance entre deux ronds de jambes -qu'elle a très belles- qu'elle aussi en a après Maureen, surtout après qu'elle a décimé ses potes scientifiques qui étudiaient un truc alien...

Une nappe de fumée bleuté passe dans les courants d'air de cet hôtel de luxe pour claustrophobes :
- Bref, j'avais plus ou moins prévu de passer par mon ami jobar pour arriver jusqu'à Gorba et lui faire cracher ce contrat juteux pour me refaire...Et après je vous avoue que mon plan était nettement plus vague mais dans l'idée c'était de retourner tout ça contre cette petite conne de l'ISB, sauver ma fille et mon coéquipier et partir vivre sur une planète paradisiaque avec des cocktails tellement grands qu'ils sont servis avec des troncs en guise de pailles, mes doigts de pieds en éventails tentant de toucher le soleil couchant, avec en fond le rire de ma fille a une de mes blagues...Fin. Générique.

J'ai un sourire crispé en me tenant l'épaule :
- Mais jusque là j'ai comme dans l'idée que les scénaristes ont pas apprécié mon génie créatif à sa juste valeur, même si ça prenait forme. Alors est-ce que ça m'intéresse de changer de camps pour faire la peau à cette petite wermo et lui enfoncer son plan là où les soleils brillent pas ? Bien sûr...Mais j'suis pas mal demandé pour des opérations de kidnapping et de sauvetage en ce moment. Et surtout pour être honnête, je suis pas bien sûr de vous faire confiance, même si votre sauvetage et votre échantillon d'aide gratuite sont alléchants...Mais j'ai du mal à rêver les yeux ouverts. J'ai besoin de plus que des paroles vides. Alors..Où est ma fille ? Finis-je avec un air beaucoup plus sérieux en regardant fixement Ennyl : Et est-ce que vous pourrez m'aider à retrouver et récupérer mon ami avant qu'elle lui fasse la peau ? Finis-je en fixant ensuite Tyree : Et...Vraiment, vous avez même pas une petite fiole d'un truc fort qui traîne ? C'est une hypoglycémie aigue, j'ai l'impression...

Et c'est qu'à moitié faux. Je tremble comme un camé. C'est bien j'suis raccord avec ce squat. A moins que ce soit toutes ces émotions et le fait d'avoir vu ma fille.

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».


Dernière édition par Faust le Mar 21 Jan - 12:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyVen 10 Jan - 10:24

Ennyl et Tyree se regardent un instant avant que la jeune femme blonde comme le soleil de Manaan ne finisse par répondre à la question qui lui est adressée. Elle parle d’une voix basse, presque gênée :

-  Depuis l’obtention de nos diplômes, Numa poursuit sa formation au Palais impérial de Coruscant. Elle reste toujours évasive sur ses activités là-bas lorsqu’elle me donne des nouvelles. Ce qui est plus rare ces jours-ci… Les mots suivants lui restent coincés dans la gorge.

Tyree reprend alors les rênes de la conversation:

- Vous êtes la clé pour retrouver Hashu Kelonna, Maureen Kalast le savait et je le sais aussi puisque je suis ici à vous demander la faveur de me permettre de le rencontrer. Si c’est votre crainte, je n’ai aucune intention de vous y forcer. Et comme dit, Ennyl ne suspend pas sa décision de vous aider à retrouver votre fille à votre volonté d’accéder à ma demande. Moi non plus, car la vérité est que je pense votre fille en grand danger.

Un léger soupir avant d’ajouter :

- Les ressources à ma disposition sont limitées, aussi la proposition suivante est-elle par contre dépendante de votre décision à ce que nous collaborions ou non. R2-K9 est notre meilleur espion concernant les activités de l’ISB. Je suis sûr qu’il sait où est détenu votre copilote, n’est-ce pas R2 ?

Une trille affirmative du droid confirme la supposition de l’homme qui te fait face. Ce dernier repend alors :

- Si vous estimez qu’une collaboration ensemble est possible, je pourrai alors réaffecter mes hommes à la libération de votre ami, pendant que vous faites le nécessaire pour retrouver Hashu Kelonna. Tyree adresse un regard au Zabrak à vos côtés. Ce dernier hoche la tête pour marquer un accord muet. Pour votre fille, la situation est plus complexe, il nous faudrait trouver un moyen de l’attirer ailleurs que sur Coruscant, tout en sachant que l’ISB doit avoir un œil très attentif sur ses activités en ce moment. Comme vous le voyez, je ne cherche pas à vous faire rêver les yeux ouverts, Monsieur Solaris. Je ne peux vous promettre que nous réussirons à libérer votre ami, encore moins que nous arracherons votre fille aux griffes de l’ISB et plus encore à celles de l’Empereur. Court soupir, révélateur d’une lassitude bien réelle. Mais je peux vous faire la promesse que nous ferons le nécessaire pour essayer.

Zol s’éloigne un peu pour répondre à un appel sur son comlink, avant de revenir vers votre petit groupe et s’adresser plus particulièrement à toi:

- On a retrouvé la Twi’lek. Elle est à l’astroport, aux abords de votre vaisseau. Vous voulez qu’on intervienne ?

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMar 21 Jan - 13:25

Cette journée commence vraiment à devenir idyllique. Le discours d'Ennyl me laisse un accent d'inquiétude, et le reste des arguments de Tyree un peu dubitatif malgré son positivisme auquel je dois être imperméable (et lui aussi, à bien y regarder).

Alors à la nouvelle de ma coéqu' retrouvée, j'ai un petit sourire en sortant mon link cassé (sisi, regardes deux posts au-dessus, j'en parle...Mais oui il était déjà là...) :
- Non, elle va être méfiante. Dites à votre homme de s'approcher avec son air le plus sympa, et allumez votre link, dis-je en m'approchant du Zabrak jusqu'à ce qu'il établisse une communication :
- Salut beauté fatale, c'est ton joli cœur préféré...Alors, on s'amuse bien pas vrai ? Faudrait que tu suives ce gentil Monsieur pour me rejoindre, y a un léger changement dans notre plan...Et ne t'avises pas de t'arrêter dans un Club de striptease sans moi, hein...

Une fois ce soucis réglé, je me tourne vers mes "sauveurs" en les scrutant quelques secondes avant d'annoncer en me lissant le sourcil plein de sang séché :
- Bon, eniki les p'tits wampas. Vous êtes pas les gars les plus doués en négociations que j'connaisse, mais vous avez au moins l'mérite d'être honnêtes. Et tout l'monde peut pas en dire autant...Une pause, avant de reprendre à l'intention de Tyree : Je vais vous aider à  discuter avec Atchoum. Par contre il faut être bien coordonnés, parce que si vous libérez Shayn trop tôt, j'aurais pas de monnaie d'échange pour négocier avec Miss Pute à l'eau pour libérer ma fille. Et il va falloir trouver un autre plan pour approcher Gorba..., finis-je en regardant la Zabrak à gros seins et mon pote le Jobar : Quoique faut voir, on peut p'tet arranger un truc...

Je réfléchis quelques secondes, puis lâche sur un ton plus sérieux en regardant le droide :
- Hey, l'agent triple...Il est où mon coéquipier ?

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyJeu 13 Fév - 9:45

Un petit temps de latence est nécessaire entre tes instructions et le moment où tu es mis en relation avec Syllaesé. Sûrement le temps qu’il faut au sbire de Zol pour prendre son air le plus sympa et ne pas faire fuir la Twi’lek. Tu es cependant rapidement mis en relation avec elle:

- Monsieur Solaris… Vous vous en êtes sorti ! Impossible de dire si c’est du soulagement ou de l’étonnement qui filtre de sa voix. Blanc de quelques secondes ensuite, vraisemblablement lié à l’hésitation sur un possible canular, sur le contenu phallocratique de tes propos, et une réflexion sur les dangers probables à suivre tes consignes. Elle finit pourtant par un lapidaire: Très bien, j’arrive.

Lorsque tu reprends le fil de la conversation avec Tyree et Ennyl, c’est le premier qui prend soin de te répondre :

- Il est effectivement nécessaire de se coordonner. Je suggère que Zol et son équipe se chargent de libérer Shayn de sa prison. Pour éviter d’attirer l’attention de l’ISB, il suffira de libérer tous les prisonniers présents sous le couvert d’une attaque rebelle contre les intérêts de l’Empire. Il marque une pause, comme pour mieux choisir ses mots. Je sais que c’est difficile à entendre dans votre position, mais jamais Maureen Kalast ne négociera avec vous pour « libérer » votre fille. D’abord  parce qu’elle n’en a pas le pouvoir et ensuite car elle continuera à utiliser ce levier pour se servir de vous. Telles sont les habitudes de l’ISB. La libération de Numa ne pourra pas être négocié, elle devra se faire par d’autres procédés et surtout en réussissant à convaincre votre fille qu’elle fait fausse route…

Il flotte alors un temps de silence entre vous, sans doute avec l’espoir pour Tyree que tu comprennes la portée de ses mots. Il reprend ensuite avec calme :

- Vous connaissez sans doute mieux Gorba, mais pour moi notre prisonnier est toujours une porte d’entrée valide pour se rapprocher du Hutt, dit-il en référence à Tim Jobar. Après tout, vous pouvez très bien l’avoir sauvé de l'attaque meurtrière d’un concurrent.

- T…t… tu peux c…c… crever ! annonce alors le Balosar avec bravache.

Sans autre commentaire, Tyree hoche la tête à l’intention du Zabrak dénommé Zol. Celui fait un signe à un de ses hommes qui s’approche du Jobar, lui retire sa chemise tandis que ce dernier se débat, puis lui fait enfiler de force un justaucorps agrémenté d’explosifs avant de le rhabiller. Tyree reprend alors à ton intention :

- Mais si vous avez une autre idée, je suis parfaitement disposé à l’entendre.

R2-K9 répond de plusieurs Trilles à ta question, ce que Tyree traduit ainsi:

- Shayn Faez est détenu dans la Citadelle sur Lola Sayu. Il caresse doucement sa barbe. Ce ne sera pas facile, mais c’est aussi une chance, car cela constitue une cible tout à fait crédible pour un attentat rebelle.

Il redresse son regard vers toi :

- Comment voyez-vous les choses, Monsieur Solaris ?

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyVen 14 Fév - 8:52

Je dois bien avouer que le vieux schnok a raison (faut bien que j'ai tort une fois de temps à autre).

L'ISB ne négociera sûrement jamais avec moi. Et Miss Menthol malgré ses prétention de Reine de la Galaxie de l'année n'a rien d'une Cheffe. Juste un barreau suffisamment haut dans l'échelle pour m'emmerder, mais pas assez pour prendre les décisions importantes.

Je rage intérieurement de mon état un peu comateux, entre les gouttes d'alcool que je transpire encore et mes neurones qui ne sont plus ce qu'elles ont été. Chuta, je suis vraiment devenu une épave.

Mais on ne se laisse pas abattre. Je suis Jax Solaris, nom d'un cul d'rancor !

Après cet essai infructueux pour me remotiver, j'écoute patiemment la suite du plan que Tyree avait visiblement préparé avant de venir jusqu'ici faire sauter l'arène de mon pote Jobar.

Et même si c'est sûrement dramatique pour un ou deux parieurs et sa cour de tarés, j'avoue que je le regarde se faire mettre le (trop) juste-au-corps avec un sourire espiègle.

Puis c'est avec une alternance question-information-question que finit le vieux bouc qui m'a l'air bougrement expérimenté lui aussi sur les opérations de ce genre.

J'esquisse un petit sourire en observant Jobar transformé en bombe humaine, puis réponds du tac au tac à la question du vieux bouc :
- Ben mal, j'ai qu'un seul oeil, là. Mais c'était un peu ce que j'avais en tête pour lui. Dommage qu'on puisse pas avoir une  larve d’Artoker, on se serait fait un trip à la Gardulla...Mais j'aime votre créativité...

Puis je reviens vers lui avec un regard plus sombre :
- Vous avez raison pour l'ISB. Trop d'optimisme retrouvé. Mais j'ai peur que la côte de Maureen menthol soit pas assez haute, même avec Atchoum dans la balance. Même moi j'parierais pas un cred là-dessus en y réfléchissant. Donc, comme dirait mon paternel, on va régler les soucis un par un...Même si lui parlait d'buter des passagers dans des vaisseaux..., dis-je en regardant de mon oeil valide Tyree comme un pirate d'Holo Série : Libérer Shayn en envoyant votre escouade pour un faux attentat, j'aime votre style. Me faire introduire chez Gorba. Décrocher le contrat, même s'il y a plein de variables qui peuvent faire que ça parte en vrille, ça me paraît être notre meilleure option. Donc disons que tout se passe comme prévu, vous parlez à ce technicien...Et ensuite ? Je peut le livrer à Maureen, ou il y a d'autres clauses en petits caractères dans notre contrat ?, finis-je en attendant d'abord la réponse de celui qui m'apparait de plus en plus comme un vétéran de la guerre des Clowns, ou quelque chose qui doit s'en approcher, avant de continuer sur ma "vision des choses". Autant dire que vu mon taux de sang dans mon alcool, vaudrait mieux parler de mes visions. Mais bon, ça a des avantages, comme celui de mater deux paires de torpilles sur ces deux jumelles Zabraks.

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMar 25 Fév - 15:18

Plusieurs secondes s'égrainent avant que Tyree ne réponde à ta question. Des secondes durant lesquelles tu as l’impression qu’il sonde tes intentions réelles. C’est avec naturel cependant qu’il dit enfin :

- Vous êtes un être singulier, Monsieur Solaris. Il est parfois difficile de démêler ce qui est de la façade que vous affichez de la personne qui se cache en dessous. Il marque une nouvelle pause. Si tout se passe comme prévu, vous n’aurez pas à livrer Hashu Kelonna, car Shayn sera libre. Et si votre inquiétude concerne votre fille, Maureen Kalast n’est pas en mesure de s’en prendre à elle. Elle est sous la protection de l’Empereur Palpatine. Et c’est là que réside notre principal problème.

Il soupire

- Mais chaque chose en son temps. Mon engagement est le suivant: si l’équipe de Zol ne parvient pas à libérer Shayn, alors nous sacrifierons l’Ithorien. Dans le cas contraire, je vous demande de nous en confier la garde. Qu’en dites-vous ?

Refus ou non de ta part, il se tourne ensuite vers les deux Zabraks :

- Zol, en combien de temps peut-être organisée la libération de Shayn Faez ?

Le Zabrak s’approche de vous, en te regardant d’un air peu amène. Visiblement celui-ci n’affiche pas la même confiance dans ta santé mentale que Tyree :

- Lola Sayu est à trois jours d’hyperespace de Nar Shaddaa. Le temps de rassembler le Death Gambit, de monter le plan de libération et passer à l’action, je dirais cinq jours. Six peut-être.

Tyree se retourne vers toi :

- Cela vous semble-t-il suffisant pour extraire Hashu Kelonna ?

La question reste en suspens avec l’arrivée d’un large Quarren accompagné de Syllaesé. Cette dernière te fixe avec intensité (décidément, qu’est-ce qu’ils tous ?), comme pour vérifier qu’elle n’a pas à faire à un imposteur. Elle tourne ensuite son adorable visage vers le reste du groupe :

- C’est qui eux ? Et c’est quoi ce bordel ?!

La question te sort de la transe dans laquelle venait de te plonger la présence dans une même pièce des quatre protubérances mammaires les plus impressionnantes de la galaxie.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMer 26 Fév - 2:25

La vie m'a rendu paranoïaque. Allez savoir pourquoi. Peut-être parce que la "famille" qui a adopté ce petit orphelin sur Nar était composée de Pirates sans Foi(e)s ni Lois, prêts à vendre parents et enfants si le prix était bon. Ou peut-être à cause de ma carrière suivante de contrebandier, où les clients ne disent jamais tout et surtout pas l'important. Ou peut-être et surtout à cause de mon rôle de Commando secret de l'Empire, où outre être un pilote de génie ma spécialité consistait à réunir des renseignements, séparer le vrai du faux, et m'en servir pour parvenir à nos fins avec mon bagout légendaire et ma belle gueule tout en étant un des pires enfoirés de tueur psychopathe que la Galaxie ait portée.

Mais ce gars là n'a pas bronché. Il n'est tombé dans aucun de mes pièges à biais cognitifs. Il ne s'est laissé avoir par aucune de mes élucubrations, digressions et comédies destinées à se dévoiler. Il est resté calme. Serein. Un vrai Jedi, avec même une certaine forme de...Compassion sincère teintée de ce type personnalité de Leader habitué à prendre les décisions difficiles. Et ça mes amis, c'est assez rare pour que je vous le dise : Le type est clean, Foi(e) de Maverick. Ou alors il était plus fort que moi. Mais jusqu'ici c'est jamais arrivé. Enfin, en tout cas y a jamais eu d'preuves.

Non, là vraiment, j'ai un bon feeling. Du coup, j'lui décoche un sourire narquois et énigmatique, fendillant une seconde mon masque à sa première phrase.

Après l'avoir observé quelques secondes supplémentaires suite à sa proposition, je réponds sur un ton caustique :
- J'en dis que c'est la première proposition honnête et où on essaie pas de me tuer de la journée, alors...Sabbac...

J'écoute ensuite l'échange entre Tyree et Zol avec intérêt, malgré la soif qui commence à m'assécher les neurones (ou est-ce la mention de ma fille et de sa relation avec l'Empereur qui me perturbe, allez savoir). Je retiens l'essentiel et surtout les Death Gambit que je connais bien. Je m'en vais lui répondre une tirade à la Jax lorsque la guerre des torpilles est déclarée : une deuxième paire franchit l'espace aérien de notre périmètre. Enfin, une quatrième si je me laisse aller à ma seconde vue de biture.

La réaction et les questions de l'adorable petite poupée Twi'lek me font sourire. J'essaie de me sortir de la contemplation des jumelles les plus dangereuses de la galaxie (deux paires d'obus pareilles, y a vraiment de quoi m'envoyer sur hors-bite), et lui lance un sourire Jaxien pur jus :
- Allons, allons, Trésor, sois pas jalouse, c'est pas c'que tu crois...

Puis j'observe Hel, avant de revenir sur Sy :
- Bon, eniki, c'est ptet bien c'que tu crois...Mais regardes, j'ai un cadeau ! Dis-je en montrant Jobar et sa nouvelle garde-robe.

Je laisse planer un silence en m'approchant d'elle avec une nouvelle cigarette allumée dans la main. Je la regarde plus sérieusement :
- Ce gentil petit groupe de pacifistes convaincus a déclenché tout ce feu d'artifice à l'Arène pour me proposer de les aider à parler au technicien transfuge que je dois récupérer. En contrepartie ils vont m'aider à libérer mon co-pilote de la prison de Lola Sayu, et peut-être ma fille qui semble être sous la coupe de l'Empereur...Si j'étais pas si naïf, je pourrais presque penser qu'ils font partie des Rebelles...Mais en tout cas, ils sont cleans. Enfin, plus que moi...

Je rajoute en les présentant un par un de l'index :
- Tyree. Comme tu peux le remarquer à sa tête, c'est le chef de Cellule. Ennyl Ozzel, Noble impériale et camarade de Classe de ma fille. Zol -Kaor ?-. Un Mercenaire en lien avec les Death Gambit, une célèbre cellule de terroristes/Mercenaires. Hel. Sûrement la Mercenaire galactique la plus sexy et la mieux équipée de cette partie du Cadran, à part toi. Et eux...Dis-je en désignant le reste de l'assemblée plus ou moins distante : C'est juste les figurants. Fais pas gaffe, ils sont juste là pour remplir l'espace dans cette scène...

Puis je regarde les concernés que je viens de citer par leurs noms avant de montrer Sy d'un doigt mitainé :
- Syllaesé Hargonnen. Du clan Hargonnen de Ryloth. Ma nouvelle Co-pilote, experte en armes lourdes et en choses anciennes de "l'Empire infini des Rakatas". Elle a vu son équipe se faire dessouder il y a six mois sur une épave archéologique Rakata sur Cholganna par une équipe de troopers de Maureen. Ils avaient découverts un mécanisme de propulsion révolutionnaire au niveau sub-propulsion stationnaire...

Je jauge Tyree un instant avant d'annoncer avec un ton légèrement ironique :
- Du coup, si j'étais un peu plus paranoïaque, ou malin, j'serais sûrement du genre à faire des liens entre un technicien spécialisé en...Thermo-mécanique affecté depuis cinq ans à un projet impérial top secret sur ordre direct du Grand Moff Tarkin lui-même et qui semble avoir un rapport étroit avec Galen Erso, et un mécanisme de propulsion Rakata révolutionnaire menant au massacre de Scientifiques et d'Archéologue sur Cholganna...Mais bon, si ça s'trouve, Atchoum il travaillait ptet juste tranquillement sur son projet de fougères à propulsion et il aimait pas les horaires et la paie impériale...Qu'est-ce que j'en sais après tout...

Je finis ma tirade en m'humectant un peu les lèvres, parce que là j'parle beaucoup, et je bois rien. Et là, l'idée de génie. Ma vieille flasque. Celle que je garde depuis une éternité comme un symbole de mon ancienne vie dans la poche de ma veste en cuir. J'la sors fébrilement. Flasque en argent gravée de mes initiales et d'une inscription en Ryl : "'One cannot defeat a heat storm, One must ride it". J'la porte à mes lèvres en tremblant presque, avalant d'une traite le liquide qui date de ma sortie de l'Aurek Team. Je tousse plusieurs fois avec la main devant la bouche :
- Wouah...Puissant...Dis-je en m'étouffant presque avec le "nectar" digne d'un carburant pour véhicules à combustion (spontanée).

J'annonce alors à Sy comme si de rien n'était en m'essuyant la bouche :
- Tu devrais rester avec eux le temps que je fasse le reste. Ce sera plus sûr. Là ça peut devenir aussi chaud qu'un réacteur en fusion, et tu risques de choper une crise de mort aigue...Et ça t'irait pas au teint, Pateesa...

Et pour une fois, j'suis sincère, et ça s'voit. Rester près d'moi c'est déjà en soi une mauvaise idée pour la santé. Mais quand j'commence à faire mes trucs de dingue, faut être aussi suicidaire que Shayn pour me suivre. Et j'ai déjà assez de victimes collatérales dans mon palmarès pour au moins quatre vies humaines, donc autant essayer d'arrêter les frais.

Remarquant finalement le petit Droïde fourbe à côté de nous, je finis par rajouter en le désignant d'un coup de menton tout en soufflant la fumée de ma nouvelle copine :
- Ah, et notre petit espion est en fait un agent double...On peut vraiment plus s'fier à personne de nos jours, c'est fou...

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Masika
Admin
Masika

Messages : 94
Date d'inscription : 08/07/2014

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyJeu 19 Mar - 15:39

Les réactions au show Solaris sont diverses. C’est le problème quand on choisit l’humour corrosif, certains y sont moins réceptifs. C’est apparemment le cas de ceux qui sont relégués au rang de figurants dans ta description, celui aussi de Hel qui semble modérément apprécié tes insinuations scabreuses, et de Zol qui de toute façon n’a pas l’air de t’apprécier à ta juste valeur tout court. D’autres restent impassibles comme Tyree ou Syllaesé. Il n’y a guère qu’Ennyl pour te trouver drôle. Peut-être trouve-t-elle amusant que le paternel de sa meilleure amie soit aussi déjanté.

- Vous voulez pas arrêter de picoler comme un Gungan qui sortirait d’une expédition sur Tatooine ? te réprimande la Twi’lek comme si c’était ta mère.

Elle ajoute, un brin furax, ce qui semble particulièrement amusé Zol :

- Et n’espérez pas me laisser à la crèche comme une petite fille. Je viens avec vous. Si vous refusez, je trouverai un autre moyen.

A son air déterminé, tu sais qu’il sera difficile de la convaincre qu’une visite dans le repaire de Gorba se finit rarement autrement que très mal. C’est Tyree qui se montre alors un allié improbable.

- Nous ne nous connaissons pas jeune fille, aussi vous ferez ce que vous voudrez de mon avis. Sous ces dehors de rustre, Monsieur Solaris… Jax, se reprend-t-il, n’a pas tort. Le repaire d’un Hutt est rarement un endroit profitable pour quelqu’un comme vous. Les gens de votre espèce le savent mieux que quiconque. De plus, R2-K9 nous permettra dans une certaine mesure de venir en aide à votre compagnon de fortune si cela était nécessaire.

C’est avec la mine renfrognée que répond la Twi’lek :

- C’est justement parce que les gens comme moi connaissent très bien le fonctionnement des Hutts que Monsieur Solaris aura besoin de moi sur Nal Hutta. Je vous remercie donc de votre conseil, mais j’embarquerai de gré ou de force pour la planère des Hutts.

Zol, une moue d’impatience sur le visage s’adresse alors à Tyree :

- On a pas beaucoup de temps devant nous, Tyree. Le transport vers Lola Sayu devrait nous permettre d’établir un plan, mais ça reste très serré comme timing. On perd du temps inutilement.

Le leader du groupuscule acquiesce gravement et se contente d’un simple « Allez-y. On se tient au courant par les canaux habituels » pour toute réponse.

Alors que le leader du Death Gambit fait un signe de la main pour rassembler son équipe, la dénommée Hel passe devant toi et te glisse entre ses dents après avoir ôtée le cigare qui y règne en permanence :

- Ouvres-là encore une fois à mon sujet comme tu viens de le faire, vieux débris, et tes valseuses vont apprendre ce qu’éprouve une danseuse de Pôle Dance de cette foutu planète. Un regard équivoque vers la botte renforcée à son pied droit t’informe avec autant de subtilité qu’un de tes sous-entendus de ses intentions.

Une fois qu’ils ont quitté l’étage de l’immeuble en construction, Tyree se tourne vers toi, après un regard en biais pour Sy :

- Je ne veux pas me monter intrusif, mais avez-vous une idée de la manière dont vous allez-vous y prendre ? Avez-vous besoin d’aide ? De notre côté, nous allons tenté de reprendre contact avec votre fille, dit-il en regardant brièvement Ennyl qui approuve d’un hochement de tête, et voir comment nous pourrions nous y prendre pour l'extirper des griffes de l’empereur.

_________________
Le problème de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine reste un mystère galactique.


Dernière édition par Masika le Mar 12 Mai - 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Faust
Admin
Faust

Messages : 115
Date d'inscription : 08/07/2014

Fiche résumée
Nom: Sol Reavers
Race: Humain
Carrière: Mercenaire

Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir EmptyMar 12 Mai - 10:01

Je souris un peu aux tirades de ma nouvelle coéquipière. J'dois vraiment avoir un truc avec les Twi'leks pour qu'elles veuillent me suivre partout comme ça, me dis-je ironiquement. Mais une partie de moi bien planquée a peur, et je repense à ma femme, ma fille, et tout le reste de mon background bien glauque, tâché de sang et d'une odeur de cadavre.

Je soupire mentalement en écoutant Tyree l'idéaliste essayer de convaincre Sy de ne pas m'accompagner. Peine perdue, comme prévu. Dans l'idée les arguments de la jeune et sexy petite Twi'lek pourraient s'tenir, mais elle n'a pas notre expérience des aléas de c'genre de plans foireux. Et malheureusement je sais trop bien qu'il faut soi même se tirer des coups de blaster dans l'pied pour en tirer une leçon. J'espère juste que ça sera juste dans l'pied. Une aussi belle paire de...Lekku, ça serait vraiment gâché.

Puis c'est le défilé des Lieutenants de Tyree. Zol revient en mode sonnerie de réveil qui veut pas s'arrêter. Et la petite "Miss-iles à protons" me menace à grand coup de  fumée de cigare Corellien et de bottes renforcées qui me font tiquer en imaginant mes valseuses dansant sous le choc de ses coques en métal. Mais bon j'ai quand même du mal à me concentrer sur autre chose que cette paire d'obus intergalactiques. Après quelques secondes de trop passé à les mater je hoche la tête avec une expression mi-figue mi crétin avant que le groupe ne finisse par décaler, nous laissant seuls Ennyl, Sy, Tyree et moi.

A sa tirade et au hochement de tête d'Ennyl, je me contente de réfléchir quelques secondes, avant de taper sur l'épaule du vieux rebelle alors que je plante un regard bleu intense dans les siens :
-Merci.
Court, concis, sincère. Pas dans mes habitudes, mais bon là tout d'suite j'ai pas de meilleure punchline pour répondre à cet altruisme (vaguement intéressé) dont j'ai plus vraiment l'habitude.

Puis mon sourire ultra bright galactique réapparaît sur ma face d'alcoolique alors que je lève les paumes vers le ciel avec un air outré :
- Hey, je suis Maverick ! Vous inquiétez pas pour le plan, ça va rouler..., dis-je en regardant Jobar en bas, puis Sy dont je m'approche avec un sourire confiant totalement surévalué :
- Ma coéquipière et moi on va emmener notre nouvel ami Jobar l'explosif sur Nal Hutta avec sa laisse-détonateur. Après tout, on est des Héros ! dis-je avec un clin d'oeil en formant un V avec mon index et mon majeur mitainés :
- ...C'est pas tous les jours qu'on sauve un des Lieutenants de Gorba d'un groupe de mercenaire. Quelle bande de salopards. On a réussi à leur échapper de justesse. Ça va mettre Gorba super en pétard et il va chercher une cible à ses représailles. Jobar va être un bon toutou explosif et nous présenter comme les héros du jour qui lui avons sauver la vie, et de potentielles sources d'informations, moyennant récompense, bien sûr...Et pour le reste on improvisera, comme d'habitude !, dis-je en faisant un petit clin d'oeil à la Twi'lek. J'observe Tyree. On sait tous les deux que je ne la ferais pas changer d'avis. Donc autant la garder près de moi et tenter de la protéger. Je finis en lui souriant :
- Comme sur des répulseurs, j'vous dis !

Je termine mon monologue en regardant Ennyl et Tyree d'un air plus sérieux :
- Contentez-vous de respecter votre part du Deal. Vous aurez votre ingénieur, même si j'dois l'récupérer de la gelée froide et morte de cette grosse limace pourrie.

_________________
« Bon, files moi cette bouteille. J'vais te l'résoudre très vite ton mystère galactique...».
Revenir en haut Aller en bas
http://midnightonline.monfofo.net/t9-fiche-de-personnage
Contenu sponsorisé




Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty
MessageSujet: Re: Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir   Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Scène 2 : Ballade sur le fil du rasoir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ballade à Chantilly, mon premier 100 bornes
» Silloner mon département-3°- une ballade de 200 km
» Ballade superbe prés de Voiron
» Ballade à travers le gros de Vaud II
» Petite scène du matin ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Midnight Online :: Solaris : A Star Wars Story :: La Partie-
Sauter vers: